Une saison d'«OSStérité»

Le lancement de la saison 2015-2016 de l'Orchestre... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Le lancement de la saison 2015-2016 de l'Orchestre symphonique de Sherbrooke s'est fait jeudi en présence de Stéphane Laforest, chef et directeur artistique de l'OSS, Steve Roy, vice-président Estrie chez BMO Nesbitt Burns, Nicolas Bélanger, directeur général de l'OSS, Vincent Cloutier, président de l'OSS, et le pianiste Sylvain Daigneault.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) Une saison d'«OSStérité» : c'est le calembour largué jeudi par le directeur artistique de l'Orchestre symphonique de Sherbrooke, Stéphane Laforest, lors du lancement de la programmation 2015-2016.

Mais il faut renverser le sens : une saison d'«OSStérité» déborde de musique symphonique, de solistes renommés et, espère-t-on, d'abonnés. Après l'exceptionnelle 75e saison (qui se termine demain par un concert russe avec Alexandre Da Costa), l'OSS a pris goût à ses 900 abonnés et aimerait bien répéter l'exploit, voire le dépasser.

«C'est assez rare en ce moment, au Québec comme au Canada, des orchestres classiques en progression», a souligné le président Vincent Cloutier, appuyé par le directeur général Nicolas Bélanger. Celui-ci, avec ses chiffres croissants, a récemment causé la stupéfaction lors d'une rencontre avec ses homologues du reste du Québec.

En 2014-2015, l'OSS a attiré une moyenne de 1450 spectateurs, dont deux concerts à guichets fermés.

Plaisirs coupables en hiver

Parmi les faits saillants de la programmation, notons le pianiste et nouveau directeur artistique du Centre d'arts Orford Wonny Song (3 octobre), l'opéra Roméo et Juliette avec décors et costumes (2 avril), de même que le retour du flûtiste sherbrookois Robert Langevin, du New York Philharmonic (14 mai). En prime, des plaisirs coupables le 28 février : que de courtes oeuvres symphoniques célèbres.

Stéphane Laforest a récemment reçu la Médaille de l'Assemblée nationale pour sa contribution aux arts de la scène. «Il est clair, pour moi, que mes 17 ans à l'OSS sont responsables d'une grande partie de ça.»

L'exercice financier actuel n'est pas encore terminé, mais Nicolas Bélanger anticipe un déficit semblable à l'année précédente, soit environ 10 000 $, ce qui représente moins d'un pour cent du budget.

«L'an prochain, nous présenterons le premier budget équilibré depuis plusieurs années», dit-il, précisant qu'il n'y a pas de déficit accumulé, grâce à un fonds de secours de l'OSS constitué par des donateurs.

L'abonnement annuel passera tout de même de 214 $ à 225 $ (section A). Aînés et étudiants auront encore des tarifs préférentiels. Nouveauté : un tarif enfant pour le concert de Noël.

BMO Groupe financier, commanditaire majeur de l'OSS depuis une décennie, en a profité pour annoncer le renouvellement de son appui pour trois autres années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer