Abby a un je-ne-sais-quoi

Abby Walsh (au centre) a remporté les grands honneurs... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Abby Walsh (au centre) a remporté les grands honneurs du 26e Festival-concours de musique de Sherbrooke devant Marianne Chapdelaine (à gauche) et Patricia Weber (à droite).

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) De l'aveu de plusieurs, la gagnante de la 26e édition du Festival-concours de musique de Sherbrooke, Abby Walsh, scintille sur la scène comme une étoile, une étoile du violon.Le Festival-concours de musique de Sherbrooke a couronné sa nouvelle lauréate, dimanche, à la salle Alfred-DesRochers du Cégep de Sherbrooke. Abby Walsh, une jeune violoncelliste de 18 ans, s'est imposée grâce à son interprétation aussi colorée que sa personnalité de la pièce Caprice Basque du compositeur Pablo de Sarasate.

« C'est une pièce très technique, avec plusieurs styles, plusieurs variations et une panoplie de couleurs », détaille celle qui a mis la main sur une bourse de 2500 $ gracieuseté de Canimex.

Une oeuvre qui a mis en relief tout le talent de la musicienne qui, aux dires de la juge et professeure au Conservatoire de musique de Montréal, Monique Leblanc, a démontré une maîtrise instrumentale impressionnante pour une jeune de son âge.

Mais qu'est-ce qui distingue Abby Walsh?

« Au-delà de sa maîtrise de l'instrument, je dirais que c'est sa capacité à rejoindre les gens de manière incontestable », répond la juge.

Des influences de la métropole

Abby, qui joue du violon depuis l'âge de cinq ans, étudie au Conservatoire de musique de Montréal, mais ses parents, eux, vivent dans la région de Sherbrooke, ce qui lui a permis de participer au concours.

Son arrivée dans la métropole lui a permis de hausser son niveau et de côtoyer la crème de la crème en matière de musique.

« Quand tu côtoies des gens qui sont tous aussi bons, tu augmentes ton niveau toi aussi; c'est un endroit très inspirant. »

De l'inspiration, elle en retire entre autres de l'un des professeurs du Conservatoire, Elmut Lipsky, de qui elle admire les compositions qui s'éloignent du cadre rigide de la musique classique et plongent dans de nombreuses palettes musicales.

« C'est pour ça qu'on fait de la musique, on s'inspire de tout ce qui nous entoure et ça forme un tout, ça nous forme en tant qu'artistes », explique la musicienne.

Les autres lauréates du concours, Marianne Chapdeleine et Patricia Weber, sont quant à elles respectivement reparties avec les bourses Gaétan Belleau de 1000 $ et Blouin Yamaha de 750 $. Chez les 7 à 11 ans, Étienne Tremblay l'a remporté tandis que dans la catégorie 12 à 16 ans, c'est Marie St-Onge qui s'est démarquée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer