2frères : les fruits de la patience

Érik et Sonny Caouette, alias 2frères.... (IMACOM, Frédéric Côté)

Agrandir

Érik et Sonny Caouette, alias 2frères.

IMACOM, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(Sherbrooke) Ils viennent de Chapais... mais semblaient presque destinés à devenir Estriens. C'est en effet un concert donné au Café Saint-Michel de Magog, lors de la Traversée internationale de 2007, qui leur a donné l'élan pour se lancer en musique. En outre, trois des chansons de leur premier album sont signées par des Sherbrookois (Alexandre Poulin et Amélie Larocque). Érik et Sonny Caouette, alias 2frères, vivent aujourd'hui à Cowansville et ont vite adopté la région... pendant que les Québécois les adoptaient presque aussi vite.

Leur premier album Nous autres, sorti le 14 avril dernier, est effectivement entré en quatrième position du palmarès des ventes. Pendant 48 heures, le duo a même été en première position. De quoi donner raison à leur producteur, Mario Pelchat, qui leur avait conseillé d'attendre avant de lancer leur opus 1, même s'ils piaffaient d'impatience.

« On se rend compte aujourd'hui que c'était une bonne chose », commentent les deux frangins venus du Nord. « Si quelqu'un connaît l'industrie musicale, c'est bien Mario. Il voulait d'abord installer le nom. Si cela n'avait été que de nous, l'album aurait été lancé dès 2012, tout de suite après notre rencontre avec Mario. C'est un rêve qu'on caressait depuis tellement longtemps... On était prêts à dormir en studio! »

Décision fut plutôt prise de lancer les chansons une à une sur les ondes radio au fil de 2014. Le démon du midi s'est ainsi faufilée dans les conques des auditeurs, puis Pépé, jusqu'à Maudite promesse, celle qui a suscité le plus de réactions. Le tandem s'est donc fait connaître tranquillement, tout en continuant à peaufiner ses autres chansons. Et aujourd'hui, Érik et Sonny sont plus que fiers du résultat, même si le processus a été laborieux.

Encouragé par Phénomia

Respectivement deuxième et troisième enfants d'une famille de quatre (ils ont une soeur aînée et un frère cadet), Érik et Sonny Caouette ont grandi dans une tribu de musiciens et ont commencé à gratter la guitare dès l'enfance. Une pièce de la maison était même réservée pour faire de la musique. Leurs jeunes années ont surtout été bercées de rock et de folk francophone, de La Chicane à Laurence Jalbert, en passant par Beau Dommage, Cabrel et Les Colocs. Chanter en français était donc une évidence pour eux.

À l'adolescence, Érik a même fait les auditions pour participer à l'émission Phénomia, en 2003.

« Je me suis rendu parmi les 15 finalistes, mais je n'ai pas été retenu après le vote du public. Avec le recul, je suis content de ne pas avoir été choisi, car ça ne ressemblait pas du tout à ce que j'avais envie de faire. Mais ça m'a quand même encouragé à continuer. Je savais que j'avais un potentiel. »

De mariages en fêtes privées, à interpréter les grands succès, 2frères a fini par envoyer un démo à une cinquantaine de festivals. La Traversée du lac Memphrémagog a dit oui.

« Mais pour aller plus loin en musique, il fallait se rapprocher de Montréal. La grande ville, ça peut être épeurant pour des gars de campagne. Ici, on s'est vite senti chez nous », résume Sonny, qui a aussi habité Saint-Denis-de-Brompton pendant quelque temps.

Leur carrière de chansonniers de bars se mettait en branle au même moment. « On ne peut pas ne pas passer par cette étape (et on en fait encore aujourd'hui). Ça permet de tester ton matériel devant un public qui ne t'est pas acquis », expliquent-ils.

Au fil des rencontres...

Présentés à Mario Pelchat par une connaissance commune, Érik et Sonny ont ensuite rencontré Steve Marin, devenu le réalisateur et directeur artistique de leur album, en plus de leur signer quelques chansons.

Auparavant, ils avaient fait la connaissance de Dussault, des Respectables, qui les avait invités à son studio pour leur offrir des chansons de son cru et travailler sur des maquettes, dont Le démon du midi et Pépé, cette dernière inspirée par le beau-père de Stéphane.

« Pépé, c'est l'histoire d'un pilier de famille, quelqu'un qui est toujours de bonne humeur, prêt à aider, à écouter, à conseiller. On trouvait ces chansons intéressantes, par leurs sujets peu exploités, même si ce sont des réalités loin de nous, comme la crise de la cinquantaine », souligne Érik.

Maudite promesse raconte plutôt la rupture vécue par Sonny avec la mère de leur fille. La promesse, ici, est celle d'absolument tout faire pour que la relation fonctionne, au point de faire fuir l'autre.

Érik et Sonny ont aussi commandé des textes à Alexandre Poulin (33 tours) et Amélie Larocque (Dans not' salon et Road Trip).

« On aime beaucoup la façon de raconter d'Alexandre. Chaque fois qu'on l'écoute, on a l'impression d'entendre une histoire d'amour pour la première fois. Il nous a offert cette chanson, qu'il n'avait pas gardée pour son propre album. On connaissait déjà Amélie. Elle a une plume incroyable et elle a su capter notre univers. C'était même la première fois qu'elle écrivait en québécois et elle a très bien réussi. »

« On est quand même fiers que notre toute première chanson écrite ensemble soit sur l'album [M'aimerais-tu pareil?], mentionne Sonny. Je voulais l'offrir en cadeau à ma blonde de l'époque. Quand la relation s'est terminée, la chanson a dormi 18 mois, jusqu'à ce qu'on la ressorte et qu'on décide de la finir ensemble. »

VOUS VOULEZ Y ALLER?

Café Saint-Michel, Magog

29 et 30 mai

21 h (ou après le match de hockey le cas échéant)

Entrée gratuite

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer