Muse sur tous les murs

L'oeuvre Art-thérapie, de Jessica Garneau.... (Photo fournie)

Agrandir

L'oeuvre Art-thérapie, de Jessica Garneau.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Karine Tremblay</p>
Karine Tremblay
La Tribune

(SHERBROOKE) L'idée était aussi originale qu'inattendue, mais Valerie Whissell a tout de suite répondu oui à l'invitation de la photographe Hani Ferland. Avec une douzaine d'autres artistes de la lentille, celle-ci avait le beau projet de monter une exposition où chacun croquerait le même modèle en images. Et ce modèle serait l'artiste-peintre Valerie Whissell.

D'emblée, ce n'est pas tant la perspective d'être au coeur d'une exposition collective qui a fait de l'oeil à l'heureuse muse élue. C'était plutôt la possibilité de passer un moment précieux avec des créateurs qu'elle admire qui l'a intéressée.

«En fait, très franchement, je n'ai pas pensé tout de suite au fait que j'allais me retrouver sur tous les murs d'une salle d'exposition. Ce n'est qu'un peu plus tard que je me suis dit que, oh! ça ferait peut-être un truc un peu narcissique, au final...»

Sauf qu'au final, cette inquiétude s'est dissipée : «Je réalise qu'on m'a fait un cadeau formidable. Poser devant un objectif de façon répétée, c'était parfois exigeant, mais c'était surtout énergisant. J'ai l'impression que c'était une thérapie en soi, cette formidable expérience humaine.»

L'expérience a été d'autant plus riche que chaque photographe est arrivé avec son idée, son concept, son univers. Polaroïd, argentique, numérique, iphonographie : toutes les techniques ont été exploitées.

«C'était toujours différent. J'ai posé dans un vieux garage comme dans une prison, le corps couvert de peinture comme le visage artistiquement maquillé. Chacun installait son ambiance, chacun avait ses couleurs, sa signature.»

Par exemple?

«Luc Pallegoix, qui a déjà exposé une série d'hommes à tête de cerf, a profité de la séance photo pour créer une femme à tête de biche. La première de son parcours. Elle représente une personne transgenre. Je trouve ça formidable, c'est important de parler de ce sujet dans notre société. L'exposition véhicule différents messages, elle aborde les thèmes de la santé et de l'homosexualité, entre autres. À travers des images complètement différentes les unes des autres, ce qui se dégage de toute l'expo, je pense, c'est l'acceptation de soi. Et j'en suis vraiment heureuse parce que je trouve que c'est une grande souffrance de notre société : on a de la difficulté à s'accepter», dit celle qui s'est beaucoup fait connaître à travers son projet artistique It' s ok.

Fait notable, Valerie Whissell a refusé tout cachet. L'argent généré par la vente des oeuvres sera remis au Groupe régional d'intervention sociale (GRIS) de l'Estrie, qui offre notamment des ateliers démystifiant l'homosexualité et la bisexualité dans les établissements scolaires.

Érik Beck

Félix Bouchard

Michel Chamberland

Jean-François Dupuis

Hani Ferland

Sarah J Fournier

Jessica Garneau

Yves Harnois

Poivre Mauve, collectif photo maquillage (Marianne Deschênes et Jo-Any Martel)

Luc Pallegoix

Annick Sauvé

Guy Tremblay

Ultra Nan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer