• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Céline Dion: «déjà du passé» pour Mégo 

Céline Dion: «déjà du passé» pour Mégo

Claude « Mégo » Lemay... (Photo Vanessa Brossard)

Agrandir

Claude « Mégo » Lemay

Photo Vanessa Brossard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un mois et demi après avoir appris que son contrat aux côtés de Céline Dion n'était pas renouvelé, Claude « Mégo » Lemay souhaite passer à autre chose.

« C'est déjà du passé pour moi. J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps, et maintenant, je me tourne vers l'avenir », annonce celui qui était le chef d'orchestre et le directeur artistique de la chanteuse depuis 1987.

Le claviériste, qui a été remplacé par Scott Price, a eu « une brève conversation téléphonique » avec son ancienne patronne, qui aurait manifesté son désir de « rester amie », mais ne l'a pas plus éclairé sur les raisons de son congédiement. L'équipe de production de Céline Dion, désormais dirigée par Aldo Giampaolo, a expliqué sa décision par un besoin de changement en vue du retour de la diva sur la scène du Ceasar's Palace en août.

« Je ne comprends toujours rien là-dedans. Mais bon, la vie n'est pas parfaite, et cette nouvelle aura été la grosse imperfection de mon année » indique le claviériste de 62 ans, qui, loin de penser à la retraite, aurait continué encore longtemps à accompagner Céline Dion et ses musiciens. « Tant qu'ils auraient voulu de moi », soutient-il.

«Je ne suis pas indépendant de fortune. Il va falloir que je travaille.»


Planifiant de revenir s'établir au Québec cet été, le musicien, qui a aussi déjà été directeur musical du Festival Juste pour Rire, de Bye bye et de talk-shows, confirme avoir déjà reçu plusieurs offres professionnelles.

« Je ne suis pas indépendant de fortune. Il va falloir que je travaille, mais j'attendrai à l'automne pour décider. Je vais d'abord m'offrir une période de réflexion et de déménagement.»

Un mois et demi après avoir appris que son contrat aux... (Imacom, René Marquis) - image 4.0

Agrandir

Imacom, René Marquis

Du Colosseum au campus

Cela faisait cinq ans que le Festival des harmonies et des orchestres symphoniques du Québec proposait à Claude Lemay d'être son porte-parole. Le claviériste et directeur musical de Céline Dion déclinait chaque fois, trop affairé dans la ville du péché.

Quand la diva a annoncé qu'elle suspendait ses spectacles pour s'occuper de son mari affaibli par la maladie, l'été dernier, l'organisation a recomposé le numéro du surnommé Mégo. C'était avant que le musicien québécois, établi à Las Vegas, apprenne qu'il ne retournerait plus jamais sur la scène du Colosseum. Soudainement, il était encore plus disponible pour venir rencontrer les 8000 jeunes musiciens qui se rassembleront sur le campus de l'Université de Sherbrooke, du 14 au 17 mai prochain.

« Je suis très excité d'y être, ayant moi-même commencé à faire de la musique tôt. À 8 ans, je joignais les Petits Chanteurs du Mont-Royal. J'ai hâte de rencontrer les jeunes. Je n'insisterai pas sur l'importance de devenir un musicien professionnel, parce que la business est très difficile en ce moment. De toute manière, les meilleurs réussiront toujours à se faire une place. Mais je veux leur parler de l'importance de l'apprentissage de la musique dans le développement de leur esprit, dans leur ouverture sur la vie », a témoigné au téléphone le musicien, absent de la conférence de presse au cours de laquelle étaient dévoilés les détails du 86e FHOSQ mercredi matin.

Claude Lemay, qui a étudié la musique à l'école Vincent d'Indy et à l'Université de Montréal (auprès du musicien sherbrookois Serge Garant, qui a donné son nom à l'auditorium de l'École de musique de l'UdeS) se dit d'ailleurs prêt à militer pour que le Québec emboite le pas de la Suisse et du Danemark et rende obligatoire l'enseignement de la musique. Présentement, les élèves du primaire doivent s'initier à deux disciplines artistiques parmi quatre possibilités.

« La musique ouvre des portes dans le cerveau des enfants, c'est prouvé », lance ce père de deux enfants de 2 et 5 ans, qui sont libres de s'amuser avec le piano et les guitares à la maison.

Claude Lemay, qui a accompagné Céline Dion partout dans le monde pendant 28 ans, sera présent pendant les quatre jours du Festival pour accompagner les jeunes musiciens du Québec et de l'Île-du-Prince-Édouard dans leurs compétitions sur la colline universitaire. Plus de 230 harmonies, orchestres symphoniques, stage bands, ensembles à cordes, drumlines, ensembles vocaux et, pour la première fois, des ensembles de guitares se produiront devant le jury et le public dans les cinq salles réservées aux prestations.

Le festival s'ouvrira à la salle Maurice-O'Bready avec un concert du septuor autrichien Federspiel, dont les compositions instrumentales se teintent des airs traditionnels de l'Europe de l'Est et de la musique du monde. Le samedi 16 mai, le trompettiste Jens Lindemann et le tromboniste Alain Trudel se feront quant à eux complices pour le Concert Prestige Yamaha, lors duquel ils seront dirigés par Michel Simard et soutenus par l'Harmonie du Festival.

Pour un 12e printemps, le OFF Festival se déroulera en parallèle aux quatre coins de la ville. Du 30 avril au 24 mai, des artistes sherbrookois infuseront la ville de musique, avec des spectacles dans plusieurs restaurants et lieux extérieurs.

Tous les détails se trouvent à l'adresse www.festivaldesharmonies.com.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer