The Cat Empire inaugure l'été

The Cat Empire a donné le coup d'envoi... (IMACOM, Frédéric Côté)

Agrandir

The Cat Empire a donné le coup d'envoi à l'été lundi

IMACOM, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) C'est un Granada plein à craquer qui a communié lundi, alors que le chanteur de The Cat Empire, Felix Riebl, entamait Steal the Light, chanson homonyme du dernier album du groupe ainsi que de la tournée qui les amenait en région.

« On est venus quelques fois à Sherbrooke, et c'était le fun à chaque fois. J'aime beaucoup jouer dans un théâtre », a-t-il lancé avant d'entamer l'emblématique chanson, dans laquelle « Sherbrooke » trouvait le temps d'une soirée sa place devant « it's good to have you here ».

C'était bon de sentir les Sherbrookois ainsi réunis, oui. Il aurait d'ailleurs été difficile de trouver un meilleur groupe que le sextuor australien pour inaugurer l'été. Bel adon, donc, puisque la performance qu'il a livrée était à la hauteur des attentes élevées de son public - habitué à des shows débordant d'énergie depuis 16 ans -, et cadrait trop bien avec la sortie des lunettes de soleil et le rangement des manteaux qui se sont justement produits lundi.

Musique fédératrice

Après une première partie de 45 minutes livrée par le groupe invité Current Swell, The Cat Empire a ouvert son bal avec deux pièces du plus récent album, Brighter Than Gold et Prophets in the Sky, mais c'est vraiment dès les premières notes du classique How to Explain? que les musiciens ont démontré qu'ils régnaient toujours bel et bien sur leur empire de fans. « Music is the language of us all », scandait le public en coeur. Oui, la musique était réellement fédératrice lundi. En plus des refrains scandés en choeur, les solos de percussions et de cuivres se succédaient, soulevant les passions du public de la même façon chaque fois.

Le groupe enchaîné avec des succès comme Fishie ou Two Shoes, avant de calmer l'assistance (si telle chose se pouvait) avec Like A Drum et The Lost Song, pour mener à la lumineuse communion mentionnée plus tôt.

L'intensité ultime ayant été atteinte, ne restait qu'à laisser le parterre dépenser son énergie bien comme il le fallait avec The Wine Song (mission réussie).

En sortant du Granada, trempés de sueur, les spectateurs ne prenaient même pas la peine de remettre leurs manteaux. Oui, c'est confirmé, l'été est bien arrivé : vous pouvez envoyer vos remerciements à The Cat Empire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer