• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Warhol au Musée des beaux-arts cet été 

Warhol au Musée des beaux-arts cet été

L'année dernière, Andy Warhol s'est classé en première place du palmarès des... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'année dernière, Andy Warhol s'est classé en première place du palmarès des artistes visuels dont la vente des oeuvres a rapporté le plus de sous aux enchères. Mort depuis près de trente ans, le New-Yorkais a fait circuler 569 millions de dollars dans le monde.

À défaut de pouvoir suspendre un de ses originaux aux couleurs pop au-dessus leur lit, sans être ensuite recherchés activement par la police, les Sherbrookois pourront voir un pan de son oeuvre de près cet été.

À compter du 6 juin, le Musée des beaux-arts de Sherbrooke accueillera l'exposition Andy Warhol, graphiste. Oubliez les portraits de boîtes de soupe Campbell's et les Marilyn Monroe en série. L'exposition pigera plutôt dans le portfolio de graphiste de celui qui a amorcé sa carrière comme dessinateur pour des magazines de mode avant de devenir le chef de file du mouvement pop art dans les années 1960.

Composée à partir de la collection du Québécois Paul Maréchal, la sélection sera un amalgame de Warhol s'affiche, dont les objets ont été dévoilés en primeur mondiale l'été dernier au Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul avant de passer tout l'hiver au Musée des beaux-arts de Montréal, et de Warhol Live!, qui a attiré 130 000 visiteurs à ce même MBAM en 2008.

«On connaît Warhol pour ses classiques. Son travail publicitaire, c'est un volet auquel on a moins souvent eu accès.»


Les murs du premier étage seront placardés d'affiches publicitaires et de couvertures de magazine réalisées à la pige par l'artiste échevelé, ainsi qu'un échantillon des cinquante pochettes de disque qu'il a conçues pour ses amis comme les Rolling Stones et Velvet Underground.

« On connaît Warhol pour ses classiques. Son travail publicitaire, c'est un volet auquel on a moins souvent eu accès. C'est très intéressant de sortir du déjà-vu, pour découvrir cette nouvelle facette. Et c'est intéressant pour no us de toucher au pop art, que l'on ne trouve pas dans notre collection », estime Sarah Boucher, conservatrice du MBAS.

L'institution a elle-même approché Paul Maréchal, un historien de l'art qui agit également comme conservateur de la collection de Power Corporation, pour monter une exposition adaptée à la configuration de sa salle. « Même si les oeuvres ont été montrées ailleurs, elles ne l'ont pas été ici. Grâce à la collaboration de M. Maréchal, un homme très sympathique, nous avons réussi à les avoir, juste après le MBAM, où l'exposition s'est terminée dimanche, et juste avant qu'elles partent pour l'Europe », ajoute la conservatrice, fière d'amener Warhol pour la première fois dans le musée sherbrookois.

Au rez-de-chaussée, ce sont les imposantes sculptures de l'artiste montérégien Roland Poulin qui meubleront le plancher tout l'été.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer