De My Hometown à Coaticook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Coaticook) Son nouveau spectacle, Bien dans ma tête, Doum Paquet l'attendait depuis longtemps. Il lui aura toutefois fallu patienter, le temps de «sortir du ventre du dragon», alias Foresta Lumina, puisqu'il travaille depuis sept ans au parc de la Gorge de Coaticook. «Je me souviens que c'était un mardi soir lorsque tout a éclaté. On avait eu plus de 2000 personnes. Le lendemain, on réinventait la roue», raconte l'auteur-compositeur-interprète.

«Par la suite, j'ai dû travailler presque tous les soirs et je me suis réveillé au moins d'août, sachant que mon spectacle était prévu pour le 3 octobre et que je n'avais rien de fait. Heureusement, la directrice du Pavillon des arts a réussi à déplacer mon spectacle dans la programmation. C'est un des nombreux avantages de vivre dans un petit milieu comme Coaticook.»

Doum Paquet, dont l'apprentissage musical a débuté dans la descente d'escaliers de son école secondaire au sein d'un quintette a capella, a adopté la guitare à 18 ans afin «d'accompagner les mélodies que j'avais dans la tête. C'est aussi à partir de là que j'ai commencé à composer. Créer, à partir de rien, sans idée préconçue, en écoutant mon intérieur, mes émotions. Ça me fait du bien dans ma tête et c'est cette liberté que je veux partager avec le public.»

Ex-membre du groupe folk rock Exilium, il renoue aujourd'hui avec ses racines musicales en proposant un spectacle aux résonances country folk. Un spectacle où il fait une grande place aux harmonies vocales, ainsi qu'à ses compositions, le tout entremêlé de morceaux choisis qui ont marqué son cheminement musical. «Le spectacle est construit de manière à ce que tout le monde soit debout à la fin», promet celui qui sera accompagné sur scène par son inséparable complice Martin Cloutier (guitare électrique et acoustique), ainsi que David Bérubé (basse) et Luc Jr Bélisle (batterie).

Coup de coeur

Conçu à Chibougamau, né à Longueuil, Dominic Paquet a quitté son appartement de Sainte-Thérèse afin de s'établir définitivement à Coaticook à la fin des années 1990. Un coup de coeur qui a pris naissance avec le tournage de la série télévisée My Hometown en 1996, tourné dans la ville estrienne.

«Mon coloc, menuisier de décors, m'avait proposé de joindre l'équipe de la série. Le lendemain, je signais mon contrat avec le producteur et en moins de 48 heures, j'étais à Coaticook comme aide aux décors! Les weekends, je retournais à Sainte-Thérèse pour voir ma famille. Puis, je me suis mis à espacer mes visites. J'étais jeune, j'avais de l'argent et du temps à perdre après les journées de tournage. J'ai donc connu beaucoup de monde en très peu de temps, puis j'ai rencontré Martin Cloutier. On a commencé à jammer ensemble et c'est là que j'ai décidé que c'était ici, à Coaticook, que je voulais demeurer. Je vivais une belle aventure et je n'avais pas envie qu'elle prenne fin.»

My Hometown est reparti, Dominic est resté.

Près de vingt ans plus tard, le Coaticookois d'adoption est père de trois enfants. «Pendant un an, on a continué à m'appeler pour que je retourne travailler à Montréal, mais j'ai toujours refusé, partage-t-il. Il est certain que du point de vue artistique, cela m'aurait donné plus de chances, mais d'un autre côté, je n'aurais pas la belle petite famille que j'ai présentement.»

Vous voulez y aller?

Bien dans ma tête

Doum Paquet

Demain, 20h

Pavillon des arts et de la culture de Coaticook

Entrée : 20$

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer