Le délire contrôlé de Bleu Jeans Bleu

Le Victoriavillois Mathieu Lafontaine, que l'on connaît pour... (Archives La Pressse)

Agrandir

Le Victoriavillois Mathieu Lafontaine, que l'on connaît pour son projet Matt Track, connaît un succès sans précédent avec son projet Bleu Jeans Bleu.

Archives La Pressse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Ce qui devait d'abord être une farce entre amis est en train de devenir une véritable histoire à succès pour Mathieu Lafontaine. Le Victoriavillois, que l'on connaît pour son projet Matt Track, connaît un succès sans précédent avec son projet Bleu Jeans Bleu. Si vous écoutez la radio commerciale, la chanson Vulnérable comme un bébé chat vous a sûrement ronronné déjà en tête...

«Au départ, ce n'était rien de sérieux, j'avais fait ça pour déconner, pour faire rire les gens au tour de feux de camp. En studio, entre deux mini albums de Matt Track, j'ai décidé de m'appliquer et de les enregistrer. Je ne m'attendais pas à ce que ça fonctionne aussi bien», affirme le musicien, qui, sous le pseudonyme Claude Cobra, a aussi signé les titres J'te gâte all-dressed, Épile-moi le dos et Mangeras-tu ma patate douce?

C'est lorsqu'il a testé ses chansons devant public, dans une salle montréalaise, qu'il s'est aperçu pour la première fois de leur potentiel humoristique. Cachemire, qui raconte les mésaventures d'un homme pris à court de papier hygiénique, est devenue le premier extrait radio.

L'effet sling-shot

Emballés par le projet, Mathieu Lafontaine et sa bande ont lancé leur premier opus en novembre 2013. Vu le style particulier de l'oeuvre, ce n'est que 18 mois plus tard qu'ils ont obtenu un véritable succès radio. Le refrain du «bébé chat dans un parking de centre d'achats» a beaucoup tourné, notamment sur les ondes du réseau NRJ.

«C'est demeuré un projet obscur pendant plus d'un an. Il faut dire que plusieurs directeurs musicaux ont dû croire en une farce. On a voulu faire quelque chose de douteux, que les gens se disent : qu'est-ce que c'est, ça? On profite présentement d'un effet sling-shot, les gens ont finalement compris la joke et se la sont appropriée», analyse le Victoriavillois.

Mathieu Lafontaine s'étonne que ses absurdes ritournelles fassent maintenant partie du paysage musical québécois aux côtés de chansons sérieuses. Il se surprend qu'autant des personnes de l'âge d'or que des enfants du primaire les fredonnent.

«Même dans mes rêves les plus fous, je ne m'attendais pas à ça. On s'est assumés, on est allés à fond là-dedans et ça a rapporté», ajoute-t-il, précisant que même les looks et la tenue kitsch des membres du groupe avaient été pensés.

Un deuxième album

Bleu Jeans Bleu entend profiter de ce succès à retardement afin de mettre en boîte un deuxième album qui devrait être lancé l'automne ou l'hiver prochain. Plusieurs des pièces, qui sonneront moins country, sont déjà composées. Le groupe fera tout pour éviter d'être perçu comme un feu de paille.

«Le deuxième album sera plus fort que le premier, garantit le musicien. Un grand pas a été fait en avant avec le premier et maintenant qu'il est reconnu, ce sera plus facile d'être crédible. Les gens l'attendront, ils savent de quoi on est capables.»

Même s'il s'apprête à faire la tournée des festivals avec Bleu Jeans Bleu cet été, Mathieu Lafontaine entend poursuivre l'aventure Matt Track. «Les amateurs sont fidèles et ils continuent de me donner la motivation pour continuer», conclut-il.

Bleu Jeans Bleu

Résidences G-13 de l'UdeS

Entrée gratuite

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer