L'OSS s'installe dans sa nouvelle maison

En prévision du concert de demain soir avec... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

En prévision du concert de demain soir avec Alain Lefèvre, les musiciens de l'Orchestre symphonique de Sherbrooke ont étrenné jeudi soir leur nouvelle salle de répétition, soit le centre Quebecor du Séminaire salésien de Sherbrooke. «On sent que le milieu culturel sherbrookois fait un pas en avant», commente Stéphane Laforest.

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) Avant, l'Orchestre symphonique de Sherbrooke devait répéter au Centre d'arts Orford. Ou au Séminaire de Sherbrooke. Ou au Centre Jean-Besré. Ou sous la salle Maurice-O'Bready, dans un local au plafond trop bas. Parfois, l'orchestre répétait dans trois endroits différents avant le concert. Et si une partition avait été oubliée, quelqu'un devait courir la chercher aux bureaux administratifs, au Domaine Howard.

Cette agaçante logistique est désormais du passé. L'OSS et son chef Stéphane Laforest ont tenu jeudi soir leur toute première répétition dans le nouveau Centre Quebecor, inauguré officiellement mardi au Séminaire Salésien. Ils se préparent au concert Gershwin qui doit être donné avec Alain Lefèvre samedi soir au Centre culturel de l'Université de Sherbrooke (CCUS).

« Je suis étonné de voir à quel point l'OSS a fait partie de l'entente tripartite entre le Salésien, la Ville de Sherbrooke et Quebecor pour la construction de cette salle, commente Stéphane Laforest. On a vraiment pensé à nous. Nous leur devons un grand merci. »

Le chef a même donné quelques indications avant la construction, notamment à l'acousticien. Ainsi, la scène est presque aussi grande que celle de la salle Maurice-O'Bready et pouvait accueillir hier les quelque 65 musiciens du concert de samedi. Les murs comportent aussi un placage de bois ainsi que des rideaux, pour modifier l'acoustique au besoin. Un espace de rangement est prévu pour lutrins, chaises et instruments, ainsi qu'un débarcadère.

Piano recherché

Il n'y a que les loges qui trop petites pour accueillir un orchestre complet. « Par contre, on peut penser à des orchestres plus réduits, disons 25 musiciens », souligne le directeur général Nicolas Bélanger. Ce qui permettrait de combler le vide laissé depuis la disparition de l'Orchestre de chambre de l'Estrie, en 1999.

Il manque aussi un piano, pour lequel un commanditaire est recherché.

Quant aux bureaux administratifs et à la phonothèque, ils sont fraîchement emménagés dans les locaux au-dessus de l'auditorium de 405 places.

« Cette salle, c'est notre cadeau du 75e anniversaire », résume Nicolas Bélanger. Auparavant logé au 1215 de la rue Kitchener, l'OSS avait emménagé au Domaine Howard en 2003, dans les anciens locaux de Sherbrooke 2002.

Exposition de photos

Avec l'inauguration des nouveaux locaux, on pourrait dire que l'OSS amorce son mois du 75e anniversaire, lequel culminera le 15 mars prochain avec le Grand Gala où sera jouée la Neuvième symphonie de Beethoven. Les billets sont déjà presque tous vendus.

D'ici là, le public du Centre culturel pourra jeter un coup d'oeil à une exposition souvenir installée dans le salon rouge (foyer arrière du parterre) du CCUS et baptisée 75 ans d'histoire, de musique et de passion. Une soixantaine de clichés d'archives ou récents s'y retrouvent, dont certains de la Société d'histoire, de La Tribune et des photographes Hani Ferland et François Lafrance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer