• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Une librairie roulante sillonnera la région 

Une librairie roulante sillonnera la région

En 35 ans de métier, Michel Vézina a travaillé dans l'univers du cirque, du... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Christine Bureau</p>

(Lingwick) En 35 ans de métier, Michel Vézina a travaillé dans l'univers du cirque, du théâtre ambulant et de la littérature. Alors quand ce passionné décide d'ouvrir une librairie, ce n'est pas pour faire comme les autres. La sienne sera mobile, festive et, surtout, elle sera un formidable endroit d'échanges.

 Michel Vézina... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

 Michel Vézina

Photo fournie

Dès la mi-mai, le visage derrière la compagnie de théâtre Le Cochon souriant, installée à Gould, parcourra le Haut-Saint-François et la région à bord de son camion rempli de livres. Certains seront d'occasion, la plupart seront neufs.

« Pour moi, l'idée, c'est de faire une librairie qui vend des livres, mais qui développe aussi la passion de la lecture », confie Michel Vézina. Et pas question d'y vendre autre chose que de la littérature. « Si vous me demandez un livre de développement personnel, je pourrai le commander, mais je ne l'aurai pas en stock, c'est à peu près sûr. »

«Là, sous l'auvent, il y a des relations qui pourront se tisser. Pourquoi ne pas monter un club de lecture dans le camion?»


À côté de son camion, un auvent sera installé « pour parler de livres », tout simplement. « J'ai publié 13 livres comme auteur, j'en ai édité une centaine, j'en ai lu des dizaines de milliers. J'aime parler de littérature. Profitez de moi. Quand je vais passer, venez vous asseoir et on va jaser », lance-t-il aux lecteurs de la région.

Au-delà de la vente de livres, il y a tout un univers qu'il reste à créer. Le projet est embryonnaire, mais les possibilités, elles, sont nombreuses. « Là, sous l'auvent, il y a des relations qui pourront se tisser. Pourquoi ne pas monter un club de lecture dans le camion? Pourquoi ne pas monter un atelier d'écriture? Pourquoi ne pas inviter les poètes et les écrivains à faire un bout de tournée avec moi? »

Bûche de Jack

Si tous les détails ne sont pas encore ficelés, Michel Vézina sait qu'il installera sa librairie dans le Haut-Saint-François trois jours par semaine, du lundi au mercredi. Il choisira six villages, qu'il pourra ainsi visiter une fois toutes les deux semaines. « Le pari que je fais, c'est que, oui, le marché est assez grand dans les petites places pour faire vivre une librairie qui s'adapte à leurs besoins », croit-il.

Le reste de la semaine sera consacré aux festivals et fêtes des Cantons-de-l'Est et du Centre-du-Québec. Là aussi, c'est la littérature qui sera mise à l'honneur. Mais, histoire de rendre les rencontres encore plus festives, des jeux sont à prévoir. La bûche de Jack, par exemple, où les gens seront invités à rentrer un clou dans une bûche en trois coups, en référence au célèbre auteur américain Jack London. Pour 2 $, le défi en vaut la chandelle : ceux qui y arriveront auront droit au livre de leur choix.

« Je pense que c'est en partie à nous, aux passionnés comme moi, d'aller vers les gens et de leur mettre des livres dans les mains », estime-t-il.

Pour suivre en détail les premiers milles de la librairie de Michel Vézina, rendez-vous sur la page Facebook Le Buvard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer