• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Amélie P. Bédard : en exploration avec Éric Lapointe 

Amélie P. Bédard : en exploration avec Éric Lapointe

Amélie P. Bédard... (OSA Images)

Agrandir

Amélie P. Bédard

OSA Images

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Quand elle visualisait mentalement son audition à La Voix, Amélie P. Bédard voyait le fauteuil de Pierre Lapointe pivoter. Dans la réalité, c'est l'autre Lapointe - celui avec les serpents sur les bras - qui a cogné de son poing bagué son bouton rouge.

Pourtant, sur le visage de la jeune romantique à la couronne de fleurs qui chantait un air duveteux d'Ariane Brunet, on n'a lu aucune déception, dimanche dernier, lors de la deuxième vague de recrutement.

« J'étais survoltée de le voir réagir! Sa carrière est fascinante, qu'on écoute sa musique ou pas. Et comme individu, il n'a rien à voir avec l'image du rockeur qu'il projette. Je ne m'attendais pas à travailler avec lui, mais je crois que je vais explorer des zones où je ne serais pas allée avec un autre coach », estime la chanteuse de 23 ans, qui a regardé ses premiers pas à l'écran avec des amis. « On a beaucoup crié! »

La guitare de son père

Pour la petite histoire, Amélie P. Bédard est née à Montréal, mais est arrivée à Orford avec sa famille à l'âge de 4 ans. À l'école Montcalm de Sherbrooke, où elle a terminé son secondaire, elle n'a curieusement pas opté pour le réputé profil musique, mais s'est plutôt dirigée vers les arts plastiques et le théâtre.

« La chanson faisait déjà partie de ma vie depuis longtemps, depuis mes 10 ans en fait, quand j'ai reçu en héritage la guitare de mon père, qui s'est suicidé quand j'étais petite. Mais je faisais ça chez moi. Je ne suivais pas de cours, ne faisais pas de concours. N'empêche que j'ai toujours écrit mes chansons. Je me définis avant tout comme une auteure-compositrice-interprète. J'aime beaucoup le folk acoustique », exprime celle qui se produit dans les bars des Laurentides en duo, non pas avec ses propres chansons, mais avec des reprises funky de pièces populaires.

Après avoir travaillé comme adjointe dans une maison d'édition, elle est revenue en Estrie l'automne dernier pour entreprendre des études en psychoéducation à l'Université de Sherbrooke. « Mon but était de réaliser une maîtrise en art-thérapie. L'effet de la musique sur les gens m'intéresse beaucoup. »

En janvier, elle n'est toutefois pas retournée à l'école. Elle a mis ce projet sur la glace, le temps de profiter pleinement de son voyage au bras du rockeur. « Je veux profiter de chaque seconde. C'était mon unique but en m'inscrivant. Je veux aussi rester moi-même. C'est un grand spectacle, La Voix, mais je veux demeurer authentique », conclut Amélie P. Bédard, entrée en studio récemment pour enregistrer ses chansons.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer