• La Tribune > 
  • Arts 
  • Les Nombrils sortent pour Charlie Hebdo 

Les Nombrils sortent pour Charlie Hebdo

 Les Nombrils étaient restés cachés depuis la sortie du sixième tome... (Illustration fournie)

Agrandir

Illustration fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Laura Martin
La Tribune

(SHERBROOKE)  Les Nombrils étaient restés cachés depuis la sortie du sixième tome de leurs aventures, à l'automne 2013. Les voici qui s'évadent des carnets pour appuyer les survivants du massacre chez Charlie Hebdo.

 Les Nombrils étaient restés cachés depuis la sortie du sixième... (Illustration fournie) - image 1.0

Agrandir

Illustration fournie

Les bédéistes Maryse Dubuc et Marc Delafontaine, mieux connus sous les pseudo Delaf et Dubuc, sont les seuls Québécois à avoir contribué au numéro hors série du magazine Spirou, paru le 16 janvier à la suite de la tragédie qui a coûté la vie à douze personnes.

Quelque 115 dessinateurs ont crayonné leur sympathie dans cette édition hommage, dont les 77 000 exemplaires se sont envolés en une journée. Depuis, 100 000 exemplaires de plus ont été mis en circulation.

Le duo de North Hatley, publié dans les pages de l'hebdomadaire à phylactères depuis dix ans, a répondu à l'invitation sans se faire tordre la plume.

« C'est bouleversant. On se sent tellement démuni quand un tel événement arrive. On veut aider, mais on ne peut rien faire, en fait. On peut seulement s'exprimer. Les délais étaient très, très serrés. Nous avions moins d'une semaine pour envoyer le dessin. Mais nous avions envie de réagir à chaud », explique Maryse Dubuc.

« On n'a jamais pris à la légère le fait de pouvoir s'exprimer dans des magazines, des albums. Cet événement nous a fait encore plus prendre conscience que tout ce qu'on met sur papier a un poids et peut faire réagir», poursuit la scénariste, qui raconte avoir déjà mangé à la même table que Cabu, un caricaturiste tué lors de l'attentat.

Sur leur dessin, Jenny - l'une des trois adolescentes-vedettes de la série - pleure de savoir que les auteurs de la tuerie lui ont piqué « la médaille de la connerie ». « Même notre personnage le plus idiot constate la stupidité d'un tel geste, qui ne mène nulle part... On trouvait que ça en disait beaucoup.»

«Dans le sixième tome, il y avait du suspense, des éléments de polar.»


Maryse Dubuc et Marc Delafontaine... (Imacom, Frédéric Côté) - image 3.0

Agrandir

Maryse Dubuc et Marc Delafontaine

Imacom, Frédéric Côté

Septième tome dévoilé

La semaine dernière, Les Nombrils effectuaient par ailleurs leur retour officiel dans les pages de Spirou. Les quatre premières planches du septième tome sont dévoilées dans le numéro du 21 janvier, dont elles font également la couverture. Les trois inséparables cocottes y marchent dans un décor automnal, le sourire aux lèvres, en se tenant par la taille.

Chaque semaine, une nouvelle planche sera imprimée en quatrième de couverture du périodique-culte des Éditions Dupuis. L'album relié - dont le titre devrait faire référence au « bonheur », souffle l'auteure - paraîtra à l'automne. Les fidèles lecteurs retrouveront Vicky, Jenny et Karine embourbées dans des questionnements existentiels nouveaux.

« Dans le sixième tome, il y avait du suspense, des éléments de polar. Dans celui-ci, on essaie de calmer le rythme. Jenny s'interroge sur l'importance de la beauté et des apparences dans sa vie. Albin se remet également en question. Les personnages font face à des choix de vie difficiles, qui peuvent paraître superficiels. Mais pas pour eux. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer