• La Tribune > 
  • Arts 
  • > La construction du Centre de diffusion enfance-jeunesse est repoussée 
Exclusif

La construction du Centre de diffusion enfance-jeunesse est repoussée

Ce n'est pas demain, ni cette année, ni même l'an prochain, que les parents... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Ce n'est pas demain, ni cette année, ni même l'an prochain, que les parents sherbrookois accompagneront leur marmaille à un spectacle au nouveau Centre de diffusion enfance-jeunesse. La Ville de Sherbrooke a demandé une prolongation de deux ans de l'accord de principe du gouvernement du Québec pour la construction de la salle de spectacles pour jeune public, qui doit naître au bout de la rue Wellington Sud.

Bernard Sévigny... (Archives La Tribune, Jessica Garneau) - image 1.0

Agrandir

Bernard Sévigny

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Cette souplesse dans l'échéancier permettra d'approfondir les études en cours sur le site projeté et laissera le temps à l'organisme de diffusion Côté Scène d'amasser les quelque 800 000 $ qui lui sont demandés pour la réalisation de ce projet évalué à 8,7 millions de dollars.

« Ça enlève un peu de pression sur tout le monde, compte tenu de la situation économique actuelle, soutient le maire Bernard Sévigny. En aucun cas, le conseil ne remet en question la pertinence de ce projet. Mais plutôt que de pousser pour entrer dans les délais, on se donne de l'air pour mieux attacher l'ensemble du dossier. »

La salle, qui sera voisine du Centre des arts de la scène Jean-Besré, doit offrir une programmation en danse et en théâtre au jeune public, d'âge préscolaire jusqu'à la fin du secondaire. Encore dernièrement, on disait espérer une première pelletée de terre cette année et une première levée de rideau en 2016.

« Dans ce dossier, nous ne sommes pas à 12-18 mois près. On préfère être bien préparés quand viendra le temps de déposer officiellement le projet au gouvernement », estime M. Sévigny.

La Ville de Sherbrooke s'est engagée à verser 3,4 millions $ dans la construction de cette salle de 250 places, tandis que le gouvernement du Québec a accepté d'y investir jusqu'à 4 millions $.

«Le temps avance rapidement et le gouvernement se trouve présentement dans une situation délicate d'investisseme»


« Une plutôt bonne nouvelle »

Lilie Bergeron, vice-présidente du CA de Côté Scène, estime elle aussi qu'il s'agit « d'une plutôt bonne nouvelle, dans la situation socio-économique actuelle ».

« Il y a quelque chose de très cohérent dans ce report. Le temps avance rapidement et le gouvernement se trouve présentement dans une situation délicate d'investissements. On l'a vu avec la suspension de la subvention au Diamant de Robert Lepage, à Québec, qui nous a fait craindre le pire. Nous donnons donc au projet les meilleures chances de voir le jour », croit la porte-parole du consortium, qui réunit la compagnie de danse Sursaut, le Petit Théâtre de Sherbrooke et le Théâtre du Double signe.

Pour recueillir les 800 000 $ qui lui sont exigés, soit 10 % de la somme totale, le diffuseur lancera au cours des prochains mois une campagne publique de financement. L'organisme doit également préparer une étude de préfaisabilité qui démontrera sa capacité à financer ses activités. Des analyses de sol et de vibrations (en raison de la présence d'une voie ferrée à proximité) sont aussi actuellement menées sur le site du centre-ville.

Pas d'assurance

Le député de Sherbrooke Luc Fortin a reçu la demande de prolongation de l'accord de principe avant les Fêtes.

S'il a « très bon espoir » que l'entente pourra être reconduite en septembre prochain, le député libéral n'a pu en obtenir l'assurance auprès de la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David, une entente étant rarement reconduite avant qu'elle soit échue. Or l'entente, signée en septembre 2013 par le gouvernement péquiste, ne viendra à terme qu'en septembre prochain.

« La ministre m'a toutefois assuré qu'à son échéance la demande de prolongation sera étudiée très sérieusement. C'est une priorité que ce projet chemine pendant mon mandat au gouvernement et on va tout faire pour qu'il se concrétise », argue le député libéral.

- Un projet de 8,7 millions $

- Une salle de spectacles de 250 places dans un édifice de 1600 mètres carrés.

- Un rêve caressé depuis 2007 par la compagnie de danse Sursaut, le Petit Théâtre de Sherbrooke et le Théâtre du Double signe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer