La Petite Boîte Noire cherche 50 000 $

L'immeuble abritant la salle la Petite Boîte Noire... (Imacom, Julien Chamberland)

Agrandir

L'immeuble abritant la salle la Petite Boîte Noire a été détruit la fin de semaine dernière.

Imacom, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Les administrateurs de la Petite Boîte Noire n'auront pas broyé du noir bien longtemps. Afin de reprendre leurs activités le plus tôt possible, ils lancent une campagne de sociofinancement, dont l'objectif est fixé à 50 000 $. Un concert-bénéfice devrait aussi se tenir d'ici un mois et demi.

Le CA se réunissait lundi soir pour décider de l'avenir de l'intimiste salle de spectacles de la rue Wellington Sud, disparue dans les flammes le week-end dernier.

«Nous n'avons pas eu à voter pour savoir si on voulait continuer le projet. Nous nous sommes immédiatement mis à la recherche de solutions», a déclaré Philibert Bélanger, l'un des passionnés de musique émergente qui portent l'organisme sans but lucratif à bout de bras.

Depuis hier soir, le projet «Sauver la Petite Boîte Noire» est enregistré sur la plateforme web de sociofinancement Indiegogo.

«Nous n'avions pas une très bonne police d'assurance; elle couvre environ 20 000 $ de dommages. Pour poursuivre notre mission ailleurs, nous aurons besoin de plus. Nous devrons racheter de l'équipement de scène, des tables, une devanture...»

«Ça permettrait de garder le nom vivant, de s'assurer que les gens ne nous oublient pas»


Quelques artistes ont déjà levé la main pour participer à un éventuel spectacle-bénéfice. «On sent présentement toute la compassion des gens pour ce qui nous arrive. Nous n'attendrons donc pas trop longtemps avant d'organiser un coup d'éclat.»

Pour l'heure, une partie de la programmation, développée en partenariat avec le Théâtre Granada, sera déplacée à cet endroit. Daran, par exemple, s'y produira le 28 janvier.

L'équipe s'emploie à dénicher un lieu d'accueil pour les autres concerts prévus au calendrier cet hiver. «Ça permettrait de garder le nom vivant, de s'assurer que les gens ne nous oublient pas», estime le responsable de la programmation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer