• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Gabryelle Frappier en studio avec Rick Allison 

Gabryelle Frappier en studio avec Rick Allison

Gabryelle Frappier... (Photo fournie)

Agrandir

Gabryelle Frappier

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Non, elle n'a pas gagné la finale de La voix. Pour tout dire, elle n'est même pas passée proche. Pas un seul fauteuil rouge n'a pivoté de 180 degrés lors de son deuxième passage à la téléréalité l'an passé.

Si elle a des regrets? Pas le moindre.

Un an plus tard, Gabryelle Frappier est même «la fille la plus heureuse du monde». À cause d'un coup de fil.

Au lendemain de la fin de son contrat avec les Productions J, l'hiver dernier, le téléphone de la Sherbrookoise a vibré. Rick Allison, ancien mentor de Lara Fabian, l'avait vue chanter Loadé comme un gun, chargée à bloc, avec le coach Éric Lapointe, et voulait la rencontrer.

La chanteuse, qui aura 30 ans dans deux semaines, annonce maintenant la sortie - «probablement en septembre prochain» - de son premier album, produit et réalisé par le Belge caché derrière les supersuccès Tout et Je t'aime.

«Quand j'ai reçu son coup de fil, je pensais que c'était une blague. Rick m'a alors dit qu'il avait besoin de moi, de ma voix, pour dire ce qu'il avait à dire. Alors, voilà, nous avons enregistré des chansons qu'il a écrites et qui tombent en plein dans le mille de ce que j'avais moi-même envie de dire. La préproduction est presque terminée. Il m'a monté une équipe de la mort! J'ai la chance d'aller plus loin encore que ce que j'aurais pu espérer avec La voix», s'exclame-t-elle, au bout de ce même téléphone chanceux, de Montréal, où elle habite depuis quelques années.

Un premier extrait tentera d'aguicher les radios à la fin du mois, dans l'esprit pop-soul-rock du précieux boîtier qu'elle continuera de lustrer cette année. «Il y aura des power ballades, des airs aux rythmes très internationaux. Il y a quelque chose de Sam Smith dans ce qu'on fait», évoque-t-elle.

Cordes miraculées

Avant de répondre à cet appel déterminant, Gabryelle Frappier s'était aussi fait remarquer lors de la première saison de La voix. Recrutée par Jean-Pierre Ferland, elle avait trébuché lors d'un duel fatal contre la Philippine d'origine Maria Janice Galvez. La vaincue imputait alors sa mauvaise forme à une trachéolaryngite. On lui a plutôt diagnostiqué des nodules et des polypes sur les cordes vocales. En plus de perdre La voix, elle ne voulait surtout pas perdre la voix.

Pendant deux mois et demi, elle a donc gardé la bouche cousue. Pour une fille qui s'entraîne la voix tous les jours pendant deux heures depuis ses 12 ans, l'exercice a été corsé. Mais miraculeux.

«À ma rencontre préopératoire, le médecin de l'Hôpital Notre-Dame m'a annoncé qu'il n'y avait plus rien. Tous les nodules avaient disparu. Mais j'ai dû réapprendre à parler avec une orthophoniste. Cet arrêt m'a permis de prendre du temps pour moi et de me reposer», exprime l'interprète de la ritournelle publicitaire de Club Piscine.

Ainsi, si elle est retournée à La voix l'an dernier, ce n'était pas par orgueil mal placé. Si elle s'est retapé la file jusqu'aux montagnes russes, c'était pour se prouver qu'elle pouvait toujours chanter. Et elle le peut, «avec la voix plus claire, plus forte qu'avant».

Et parmi les deux millions de personnes qui ont assisté à sa renaissance, il y en avait un qui s'apprêtait à l'appeler. Et ce n'était pas une blague.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer