• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Danielle Goyette : raconte-moi un zombie... 

Danielle Goyette : raconte-moi un zombie...

Danielle Goyette... (IMACOM, Maxime Picard)

Agrandir

Danielle Goyette

IMACOM, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(Sherbrooke) Danielle Goyette a remporté un vif succès avec sa série Québec insolite. Douze tomes publiés de 2009 à 2013 par les éditions Michel Quintin, qui lui ont fait explorer les phénomènes paranormaux tels les ovnis, les maisons hantées et le vaudou, avec de nombreux témoignages et avis scientifiques à l'appui. Six années de recherche et de rédaction qui, avoue-t-elle, l'ont laissée «la langue à terre».

Mais c'est avec un enthousiasme renouvelé que l'auteure originaire de Magog, fille d'un ancien photographe et journaliste de La Tribune, vient de lancer une nouvelle série, As-tu peur?, cette fois destinée aux jeunes lecteurs. À sa plus grande surprise, elle s'est trouvé de nouvelles affinités avec l'écriture fictionnelle et humoristique. Et les commentaires reçus jusqu'à maintenant lui donnent confiance.

«Lorsque je participais aux salons du livre, je voyais de nombreux enfants lorgner Québec insolite (qui était classée 12 ans et plus). Certains tomes les attiraient particulièrement, comme celui sur les monstres des lacs. Mon éditrice Johanne Ménard a ainsi eu l'idée d'une série jeunesse sur les créatures étranges.»

As-tu peur? a donc comme sujet les monstres et autres «bestioles» qui hantent les films d'horreur. Le premier tome est consacré aux zombies, le deuxième, déjà terminé et prévu pour le printemps, porte sur les vampires, et deux autres, en préparation pour l'automne 2015, exploreront l'univers des fantômes et des loups-garous.

Zombie cherche morte-vivante

Grâce à cette nouvelle série, Danielle Goyette en donne à coeur joie à sa folle du logis. Par exemple, elle a imaginé le menu de restaurant idéal des zombies (avec, évidemment, plusieurs parties humaines dans les assiettes), la liste des meilleurs choix de carrière pour eux, leur site internet d'agence de rencontres et un jeu à la Trouvez Charlie, devenu Trouvez le zombie. Le livre est largement illustré et coloré. Il compte aussi quelques courtes bandes dessinées.

«C'est vraiment un travail d'équipe avec l'illustrateur Mathieu Benoît. J'ai carrément le sentiment qu'il lit les images que j'ai en tête, en les rendant deux fois plus belles.»

L'auteure n'a pas abandonné son côté journalistique, puisqu'elle a greffé des informations, par exemple sur la rigidité cadavérique ou sur la façon de déterminer le moment de la mort d'une personne d'après l'état de décomposition.

As-tu peur? est réservée pour les 10 ans et plus. Danielle Goyette et son éditeur prennent donc moult précautions avec le propos, puisque les enfants ne réagissent pas tous de la même manière avec l'épouvante. Certains y trouvent de l'amusement, d'autres en feront des cauchemars.

«Le livre comporte surtout des illustrations, qui permettent de créer une plus grande distance qu'avec des photos. Je suggère toujours aux parents incertains de d'abord lire le livre. S'ils pensent que ça peut perturber leurs enfants, alors qu'ils le rangent : ils le leur donneront dans deux ans.»

«J'ai reçu toutefois plusieurs témoignages de parents et d'enfants qui ont rigolé durant toute leur lecture. Un homme m'a confié que son fils de 9 ans, atteint d'Asperger, l'a lu au moins 1000 fois. En tout cas, je m'amuse beaucoup. C'est très agréable de laisser aller ainsi son imagination. Je me découvre un petit sens de l'humour.»

Écrire en Estrie

La naissance d'As-tu peur? s'accompagne d'un grand changement pour Danielle Goyette : après 30 ans dans la région montréalaise, où elle a mené une brillante carrière de journaliste et de chroniqueuse (elle signe d'ailleurs toujours deux chroniques dans le magazine La Semaine), elle est revenue vivre en Estrie en mai dernier, plus précisément à Compton, où vit sa soeur propriétaire du verger Le Gros Pierre. Elle s'y est établie avec son conjoint également auteur, Benoît Bouthillette, prix Saint-Pacôme 2005 du meilleur roman policier pour La trace de l'escargot.

«Tout ce que je peux dire, c'est que nous sommes plus heureux que nous pensions l'être. C'est un grand bonheur. Et l'écriture est si agréable dans un environnement aussi paisible!»

Quant à Québec insolite, la série n'est pas officiellement morte. «Nous avons fait le point et nous avons décidé, d'un commun accord, de prendre une pause, sans mettre de croix définitive. Ce fut pour moi une aventure extraordinaire, mais aussi très exigeante.»

VOUS VOULEZ LIRE?

Danielle Goyette

As-tu peur?

JEUNESSE

Michel Quintin

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer