Quand les fantômes ont leurs fantômes

Stéphane Lapointe... (Imacom, Karine Couillard)

Agrandir

Stéphane Lapointe

Imacom, Karine Couillard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) Stephen King est l'auteur à succès duquel on a le plus soupçonné le recours à des nègres littéraires. Ses quatorze briques publiées sur une période de huit ans ont fait croire à plusieurs qu'il y avait plus qu'un seul écrivain derrière.

Ce sont justement toutes les rumeurs sur Stephen King qui ont alimenté l'imagination de Stéphane Lapointe, scénariste et réalisateur du film Les maîtres du suspense. La comédie mettant en vedette Michel Côté, Robin Aubert et Antoine Bertrand arrive sur les grands écrans aujourd'hui.

«Je me suis plu à créer trois univers d'hommes différents qui pouvaient générer des situations fortes.»

« À la blague, je me suis même dit que peut-être certains écrivains fantômes avaient eux aussi leurs écrivains fantômes! J'ai réalisé qu'il y avait là un filon de film. Je me suis plu à créer trois univers d'hommes différents qui pouvaient générer des situations fortes. Et contrairement à Hubert Wolfe dans mon film, je n'ai pas eu un gros syndrome de page blanche. Les premiers jets ont été assez simples. »

Dans Les maîtres du suspense, Hubert Wolfe (Michel Côté) est un auteur à succès qui recourt aux services d'un écrivain fantôme, Dany Cabana (Robin Aubert), auteur doué mais asocial. Mais voilà qu'à l'approche d'une date de tombée importante pour Wolfe, Dany tombe en panne totale d'inspiration lorsque sa femme le quitte sans crier gare. Pour se tirer d'affaire, Dany décide d'engager Quentin (Antoine Bertrand), éducateur de garderie. Mais Quentin part subitement pour la Louisiane. Entrainés au fin fond des bayous, les trois hommes seront confrontés à bien plus que leurs propres démons.

D'Alexandre Dumas à Hubert Wolfe

Un des plus célèbres cas de nègre littéraire est celui d'Auguste Maquet, qui a fortement contribué aux Trois mousquetaires et au Comte de Monte Cristo d'Alexandre Dumas père.

« Avant de faire mon film, j'ai rencontré des éditeurs pour vérifier si les écrivains fantômes étaient encore un phénomène actuel. Certains me l'ont confirmé. Il y a de grands auteurs qui se retrouvent parfois en panne totale. Évidemment, on ne m'a pas donné de nom », rapporte Stéphane Lapointe.

Le cinéaste a donc songé, pour son film, à un trio dont le dernier élément viendrait fausser totalement la situation. « Il me fallait un extraterrestre comme Quentin pour qu'il y ait un élément de surprise... et pour que tout tourne mal. »

Aujourd'hui, le réalisateur se pince d'avoir vu se réaliser plusieurs de ses fantasmes : une distribution de rêve, un tournage en Louisiane et même la participation d'une actrice d'envergure internationale comme Maria de Medeiros.

« Elle connaissait Montréal. Je l'ai vue jouer le spectacle Sextett à l'Espace Go en 2010, et j'ai capoté sur Pulp Fiction quand j'étais adolescent. Nous lui avons envoyé le scénario, étant donné que nous n'avions rien à perdre. Quarante-huit heures plus tard, elle avait accepté. »

Quant au choix de la Louisiane, il s'est vite imposé. « À cause du fait français là-bas, mais surtout à cause de ses zombies, bayous et vaudou (pour qu'Hubert Wolfe se retrouve dans les univers qu'il écrit). Je suis chanceux, car j'ai eu des producteurs qui n'ont pas essayé de me convaincre d'aller plutôt tourner à Sorel! »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer