De coeur en choeurs

En plus de partager leur vie et deux... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

En plus de partager leur vie et deux enfants de 2 et 4 ans, Jean-Philippe Dutil et Marie-Claude Élias sont tous deux chefs d'importants ensembles vocaux sherbrookois : elle dirige le Choeur Florilège, il tient la baguette du Choeur symphonique de Sherbrooke. Une situation qui leur permet notamment de s'entraider lorsque l'un ou l'autre a besoin de conseils de voix ou de direction.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(Sherbrooke) C'est par pur hasard si le Choeur symphonique de Sherbrooke et le Choeur Florilège donneront leurs concerts de Noël en même temps cette année. La date du 14 décembre était déjà fixée depuis longtemps au Choeur symphonique (que dirige Jean-Philippe Dutil) lorsque le téléphone de Marie-Claude Élias a sonné : Marie-Michèle Desrosiers se cherchait un choeur local pour son concert de Noël.

«Être chef demande d'être recruteur, entraîneur, physiothérapeute, psychologue... et musicien.»

«Je ne pouvais pas refuser une offre comme celle-là!» souligne la chef de Florilège. L'ensemble se joindra donc pour six chansons à la «fille de Beau Dommage» au Granada et assumera même la première partie à lui seul. «Le seul inconvénient, c'est que je ne pourrai pas aller écouter le concert du Choeur symphonique que dirigera mon chum.»

En effet, en plus d'être les chefs respectifs de ces deux importants ensembles sherbrookois, Marie-Claude Élias et Jean-Philippe Dutil forment un couple dans la vie. Ils sont aussi parents de deux jeunes enfants.

«Il y a trois ans, nous avons été appelés en même temps pour diriger le Choeur Florilège, par deux contacts différents, qui ne savaient pas qu'ils téléphonaient dans la même maison», raconte Jean-Philippe.

Marie-Claude était alors «enceinte jusqu'aux yeux». Elle n'a donc pas postulé et son conjoint a obtenu le poste. «Et lorsque j'ai quitté Florilège pour le Choeur symphonique deux ans plus tard, j'ai fortement suggéré Marie-Claude pour me remplacer.»

Autre particularité de leur couple : aucun ne se destinait à devenir chef de choeur. Tous deux ont étudié en musique (lui en tuba, elle en chant) et sont arrivés à la tête d'ensembles choraux en empruntant une avenue différente : lui est arrivé par la direction d'ensembles, et elle, par la voix. Jean-Philippe a fait sa maîtrise en chant choral à l'Université de Sherbrooke et Marie-Claude songe fortement à l'imiter, dès qu'elle aura terminé son bac en chant le printemps prochain.

Les bonnes partitions

Jusqu'à maintenant, aucun ne s'est encore trompé de porte-documents, en emportant avec lui les partitions de l'autre. Mais ils se donnent régulièrement des coups de pouce, par exemple quand monsieur cherche une vocalise pour ses sopranos et altos ou que madame voit se pointer un défi de direction d'ensemble.

«Récemment, Jean-Philippe m'a donné un bon coup de main lorsque j'ai eu à diriger l'Orchestre du septième art pour deux pièces [lors d'un concert auquel participait Florilège]. Mais on n'intervient pas dans le travail de l'autre. On se donne des conseils seulement lorsque l'autre le demande, et on lui laisse la décision ultime», dit Marie-Claude Élias.

«On se comprend, poursuit Jean-Philippe. Être chef demande d'être recruteur, entraîneur, physiothérapeute, psychologue... et musicien. Il faut être diplomate, généreux et surtout pas susceptible. Et ça fait du bien de discuter avec quelqu'un qui comprend parfaitement ça.»

Alors que Florilège chantera des airs traditionnels de Noël (mais aussi de son répertoire courant), le Choeur symphonique de Sherbrooke a préparé, en plus des incontournables cantiques, la célèbre Fantasia on Christmas Carols de Vaughan Williams ainsi qu'une oeuvre avec narrateur, The Christmas Story de Ron Nelson.

«C'est une oeuvre qui date de 1958, avec différentes couleurs. Les textes sont des extraits de la Bible, mais nous les avons traduits et adaptés pour qu'ils aient plus de vie, avec l'aide d'Anne Dansereau, notre narratrice. Les textes chantés restent en anglais. Nous aurons neuf musiciens avec nous [sept cuivres, une timbale et un orgue] ainsi que le baryton Guillaume Poulin.»

Quant au fait que leurs concerts respectifs auront lieu en même temps, ils ne croient pas que les deux événements vont se parasiter. «Ce sont deux productions tellement différentes!» disent-ils.

VOUS VOULEZ Y ALLER

Histoires de Noël

Choeur symphonique de Sherbrooke

Dimanche 14 décembre, 15 h

Église Notre-Dame-du-Perpétuel- Secours

Entrée : 30 $ (étudiants : 20 $)

Marie-Michèle Desrosiers et le Choeur Florilège

Dimanche 14 décembre, 16 h Théâtre Granada

Entrée : 38 $ (aînés : 28 $)

Chorales Les Oisillons et Octuor Eight Misbehavin'

> Dimanche 14 décembre, 15 h Belle Chapelle de l'ancien séminaire

Répertoire : Airs traditionnels, classiques et méditatifs de Noël

Entrée : 15 $

Quintette à vent Estria avec duo baroque et Renaissance

> Samedi 20 décembre, 15 h

Église Ste-Elisabeth de North Hatley

Répertoire : Airs traditionnels, classiques et anciens

Entrée : 10 $

(étudiants et aînés : 5 $)

Le Choeur des gens heureux

> Dimanche 14 décembre, 15 h Église Saint-Patrice de Magog

> Dimanche 21 décembre, 14 h Église Saint-Édouard d'Eastman

Répertoire : Airs traditionnels de Noël

Contribution volontaire

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer