LaboKracBoom entre au CASJB

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une bonne nouvelle attendait les artistes de LaboKracBoom à leur retour d'une tournée de six semaines dans les écoles ontariennes: ils poseront leurs échasses et leurs quilles dès janvier dans une nouvelle maison, le Centre des arts de la scène Jean-Besré.

Le collectif de cirque emménagera dans les locaux libérés par les Turcs Gobeurs d'opium, compagnie théâtrale qui a annoncé cet automne qu'elle tirait son rideau après une décennie d'existence.

LaboKracBoom, qui exporte ses spectacles absurdes et tordus tant en Europe qu'au Canada anglais, jetait un oeil intéressé sur la boîte de la rue du Dépôt depuis quelques mois. Sur la recommandation du conseil d'administration du CASJB et en réponse à une demande faite par le groupe, la Ville a accepté de lui donner le trousseau de clés de son incubateur de spectacles. Le collectif, officiellement formé il y a deux ans, deviendra donc l'un des sept organismes artistiques à y résider, le premier spécialisé en arts du cirque.

«Nous sommes tristes pour les Turcs, mais nous sommes très contents pour nous!» s'est exclamé l'échassier Simon Durocher-Gosselin, qui partage les planches et le bitume depuis 2006 avec Élise Legrand, Bruno Gagnon et Cyril Assathiany.

«Belle suite des choses»

Le quatuor ne sera pas trop perdu dans cette bâtisse labyrinthique, pour la simple raison qu'il y répète depuis longtemps, dans des espaces loués. «Nous y étions déjà pratiquement tout le temps. C'est donc une belle suite des choses. Nous aurons maintenant un bureau, un atelier, nous aurons accès à un entrepôt, à de l'équipement... Nous y serons assurément plus productifs. Nous profiterons aussi de la proximité avec les autres compagnies. C'est motivant d'être entourés de gens qui font la même chose que nous», ajoute la danseuse Élise Legrand.

Aussitôt ses boîtes défaites, le nouvel occupant s'attellera à la création d'un spectacle qui succédera aux Chroniques du laboratoire Unik, présenté sous différentes versions, autant en salles qu'en festivals, depuis 2006.

«Nous avons envie de marquer le début de cette nouvelle ère en brassant de nouvelles idées», soutient Élise Legrand. Cette dernière créera encore plus souvent derrière les vitres teintées du CASJB que ses partenaires. La danseuse a de fait obtenu une résidence artistique au CASJB pour la réalisation d'une oeuvre chorégraphique en solo, lors de la dernière Soirée de reconnaissance des travailleurs culturels du CALQ en Estrie.

Compagnie de danse Axile

Théâtre du Double Signe

La Musiquetterie

Le Théâtre des Petites Lanternes

Le Petit Théâtre de Sherbrooke

La Compagnie de danse Sursaut

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer