• La Tribune > 
  • Arts 
  • > «Le Vieux Clocher de Magog, c'était chez nous» 

«Le Vieux Clocher de Magog, c'était chez nous»

Jim Corcoran... (Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Jim Corcoran

Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(Montréal) Jim Corcoran est un des rares artistes à n'avoir jamais rodé un spectacle au Vieux Clocher de Magog : il n'était tout simplement pas question de présenter, dans sa région d'origine et auprès de son premier public, un spectacle qui n'était pas déjà au poil!

«Je ne suis jamais arrivé au Vieux Clocher de Magog sans être parfaitement rodé! Les attentes étaient trop énormes. Je venais dans la région seulement lorsque j'étais sûr que mes amis et mes proches seraient étonnés et satisfaits», raconte le Sherbrookois d'origine, qui n'a pu refuser lorsque Bernard Caza lui a demandé de célébrer, avec quatre autres artistes, le 40e anniversaire de la salle demain soir.

Il faut savoir que, depuis la parution de son album Pages blanches en 2005 et la fin de la tournée qui a suivi, Jim Corcoran n'a pas refoulé la scène, à part quelques occasions ponctuelles comme le spectacle des Douze hommes rapaillés.

«Bernard a été très convaincant. On se connaît depuis tellement longtemps! Selon lui, je suis un des chanteurs qui a le plus souvent occupé cette scène, en solo ou avec Bertrand Gosselin [à l'époque du duo Jim et Bertrand].»

«C'est vrai que le Vieux Clocher a été très important dans mon évolution. J'étais toujours content d'y aller. C'était chez nous. Après l'incendie du Café du quai, où sont passé pratiquement tous les artistes qui avaient du succès dans les années 1970, le Vieux Clocher a pris la relève à sa façon, d'une manière un peu plus formelle.»

Phase autoérotique

Que chantera le plus francophile des chanteurs anglophones québécois demain soir?

«Bernard m'a demandé de faire une ou deux pièces de l'époque où je chantais en anglais, avant Jim et Bertrand. Le problème, c'est que je les ai oubliées! Elles n'ont jamais été enregistrées et je n'ai jamais écrit de partitions. Mais mon ami Robert Cyr, qui vit toujours en Estrie, m'a dit qu'il les jouait et les chantait encore. J'ai hâte de l'entendre!»

Au moment de l'entrevue, le chanteur était encore en train de déterminer le contenu de sa prestation solo de demain soir. «Il faut que je joue quelque chose que les gens veulent entendre, mais il faut que je surprenne aussi!» insiste-t-il, sans préciser s'il fera entendre une nouvelle composition.

Ces dernières années, Jim Corcoran a surtout joué pour lui-même, tout seul chez lui. Ce qu'il a appelé sa phase d'écriture autoérotique. Mais depuis quelques mois...

«Je joue de plus en plus. J'ai le goût de retrouver des amis et de voir ce qu'on peut faire ensemble. Je ne m'ennuie pas de la tournée, mais de la scène, de la création et du défi d'avoir d'autres choses à dire. Jusqu'à maintenant, j'ai écrit des choses très fragmentaires. Le problème, c'est que j'écoute tellement de musique que je me perds et que je ne sais plus ce que je veux», relate celui qui anime, pour une 27e année, l'émission À propos, à l'antenne de CBC Radio 2.

Même plus un soir seulement

Il faut dire que Jim vit un deuil depuis quelques mois : l'émission Pour un soir seulement, dont il était directeur artistique depuis huit ans, n'a pas été renouvelée en 2015 par Radio-Canada. Jim faisait s'y rencontrer deux artistes dont il avait perçu les potentielles accointances. Certains mariages ont même eu des suites, comme celui de Patrick Watson et Karkwa, qui ont brièvement fusionné en Karkwatson. L'émission, diffusée par ArTV, était enregistrée au Festival des voyageurs de Winnipeg.

«Radio-Canada s'est retirée à cause des frais de transports et d'hébergement. Ça va me manquer, mais pas autant que les fabuleux bénévoles du festival, avec qui j'étais devenu très proche.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer