Un enivrant trio

Les Petits chanteurs à la gueule de bois... (Photo fournie)

Agrandir

Les Petits chanteurs à la gueule de bois est un groupe suisse volontairement disjoncté. Il s'agit d'un troisième séjour en sol québécois pour Frédéric Erard, Lionel Aebischer et Raphaël Pedroli.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Coaticook) Le nom du groupe, Les petits chanteurs à la gueule de bois, met à lui seul la table avec cette promesse sous-entendue d'une soirée bien arrosée. Ne reste aux convives qu'à s'attabler autour de ces trois joyeux camarades à la pilosité généreuse, qui sont de passage en Estrie dans le cadre d'une tournée de spectacles méritée grâce à la Bourse Rideau.

Il s'agit du troisième séjour en sol québécois de ce groupe volontairement disjoncté, tout droit largué de la Suisse, et pour qui la chansonnette se décline dans un heureux amalgame de poésie et de dérision. « Le public québécois est vraiment adorable, ouvert, chaleureux, accueillant et très communicatif. On adore venir ici! » déclare Frédéric Erard, chanteur et bassiste.

Derrière cet humour grinçant, doucement irrévérencieux et parfois insolent, il se cache avec Lionel Aebischer (accordéon, harmonium, guitare, banjo, charango et voix) et Raphaël Pedroli (batterie, percussions et voix). Trois musiciens passionnés qui n'hésitent pas à donner leur chemise, voire leur camisole, dans l'espoir avoué de recevoir à leur tour une pluie de brassières. « Jusqu'ici, ça n'a pas tellement marché, peut-être qu'en Estrie ça fonctionnera mieux... » lance Frédéric en riant, avec un soupçon de gêne.

Il faut dire que les musiques sont festives et les paroles, entièrement composées par l'accordéoniste, sont légèrement grivoises, prétextes à des aveux, comme ceux de ce Chanteur de salle de bain qui épanche tout son talent de « crooner du p'tit matin » dignement drapé dans son peignoir. « Entre les deux oreilles, j'ai une espèce d'usine à conneries qui n'est pas toujours facile à gérer, mais ça me permet d'écrire quelques chansons », partage l'auteur.

Des sujets inspirés de petites choses du quotidien dont les chats, l'apéro, le plombier et l'insecte, auxquels s'arriment des thèmes plus posés, comme dans la pièce-titre On va pas vers le beau avec sa finale mi-douce mi-amère : « Et puis si la fin vient plus tôt que prévu, je préfère partir vite que d'avoir trop vécu. »

« Les Petits chanteurs existent depuis dix ans, depuis la mort d'un de nos amis, raconte Frédéric. On a joué à son enterrement des reprises de chansons françaises qu'on aimait bien. Par la suite, on a continué à se retrouver de temps en temps pour chanter, puis les concerts sont venus, les chansons et les tournées. »

Bon an, mal an, le groupe présente plus d'une centaine de spectacles à travers la francophonie, bien entendu en Suisse, mais aussi en Belgique, en France et au Québec. Entre deux spectacles, Lionel enseigne la clarinette, le saxophone et l'initiation musicale, alors que Frédéric met la main à la pâte au restaurant familial. Quant à Raphaël, il prête son talent à de nombreux groupes, chanteurs et chanteuses. Tous s'impliquent dans leur milieu afin de promouvoir la musique et la culture, chacun à sa manière.

Il leur reste toutefois un rêve à réaliser avant de reprendre l'avion, celui de déguster un met bien typique en cette période de chasse : l'orignal.

« Si quelqu'un dans la région de Coaticook a envie de nous faire manger de l'orignal, on l'invite au spectacle! » Ça y est, l'invitation est lancée.

VOUS VOULEZ Y ALLER

Les petits chanteurs à la gueule de bois

Vendredi soir, 22 h

Pavillon des arts et de la culture de Coaticook

Entrée : 22 $

25 novembre, 20 h

Loubards, Sherbrooke 28 novembre, 20 h

P'tit bonheur de Saint-Camille

Entrée : 28 $

29 novembre, 20 h

Centre culturel de Weedon

Entrée : 25 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer