Festif violon électrique

Alain-François... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Alain-François

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Karine Tremblay</p>
Karine Tremblay
La Tribune

(SHERBROOKE) Ce n'est pas pour rien qu'il a écrit une chanson qui s'intitule Noël Marathon : la course de décembre, Alain-François connaît. Et pas qu'un peu! Ses deux premières trousses du temps des Fêtes ont trouvé près de 30 000 preneurs. Il se produit chaque année devant des salles pleines : son festif violon n'a pas beaucoup de répit avant Noël. Ni après d'ailleurs. Mis à part un quatre jours de congé sacré en famille, du 23 au 26 décembre, le musicien anime les partys aux quatre coins.

« Je ne peux pas me plaindre, ça marche fort, je m'amuse, je fais ce que j'aime. Je suis un marchand de bonheur du temps des Fêtes. »

Sa formule a fait ses preuves. Il lance donc aujourd'hui sa troisième trousse du temps des Fêtes. La dernière, précise-t-il.

« Les gens ont l'air d'aimer mes drôleries. Et je trouvais l'idée bonne de faire une trilogie. Ça boucle la boucle. »

Encore une fois, le violoniste natif de Victoriaville a réuni huit chansons de Noël et huit autres du jour de l'An sur une même galette. Et encore une fois, il a amalgamé ses compositions originales à des reprises remaniées à sa façon. C'est-à-dire avec une touche de rock. Parmi les incontournables qu'il avait envie d'endisquer, il y avait entre autres Le rapide blanc, d'Oscar Thiffault.

« J'en ai fait une version à la AC/DC avec France D'Amour. C'est très rock' n roll. C'était un must. »

Tout comme la chanson Le lutin, qu'il a écrite en s'inspirant de l'engouement tout québécois pour ces petits joueurs de tours qui débarquent dans les chaumières avant de reprendre le chemin du pôle Nord, le 24 décembre.

« Je ne pouvais pas passer à côté. J'ai personnellement vécu la pénurie de lutins... Celui que j'ai fini par trouver, il m'a coûté cher! Mais j'adore ça, j'ai vraiment embarqué dans cette belle folie, j'aime inventer des tours pendables. J'ai même mis le salon dans la cuisine et la cuisine dans le salon, un soir de décembre », raconte-t-il en riant.

Sa fille, Laurie, n'y a vu que du feu. Elle a d'ailleurs participé à l'enregistrement de la chanson, tout comme Annie Brocoli. Kim Richardson, France D'Amour et Mara Tremblay ont également glissé leur voix sur l'une des 16 chansons du disque.

Quand Éric Salvail chante plus faux que faux

Bon joueur, Éric Salvail a aussi accepté de venir chanter faux sur la composition Mon oncle Salvail.

« Il a fait une grande prestation. Une des plus fausses que j'ai entendues! Mais il assumait complètement. Ça venait du coeur. »

Une captation vidéo où on voit l'animateur en train de s'époumoner a d'ailleurs été réalisée. Elle est disponible dans la section web du site La trousse du temps des Fêtes.

« Le code pour y avoir accès se trouve dans le boîtier du disque. Je mets énormément de matériel dans cette section, elle est plutôt bien garnie. »

Comme une belle table du temps des Fêtes.

VOUS VOULEZ Y ALLER

Lancement

Grande Place des Bois-Francs,

Victoriaville

Samedi, 10 h 30 et 13 h 30

Dimanche, 13 h 30

Spectacle La fête des Fêtes

Au Vieux Clocher de Magog

27 décembre, 20 h 30

32 $

Colisée Desjardins de

Victoriaville avec Annie

Villeneuve et William Deslauriers

28 et 29 novembre

Souper-spectacle : 40 $, spectacle seulement : 25 $

(15 $ si acheté en prévente)

VOUS VOULEZ ÉCOUTER?

ALAIN-FRANÇOIS

La trousse du temps des Fête tome 3

TRAD

AFL

Productions

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer