• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Salle Maurice-O'Bready: nouveaux sièges, même visage 

Salle Maurice-O'Bready: nouveaux sièges, même visage

Après quatre mois et demi de travaux, la salle Maurice-O'Bready a rouvert ses... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Après quatre mois et demi de travaux, la salle Maurice-O'Bready a rouvert ses portes au public, dimanche après-midi, après avoir fait l'objet d'une cure de rajeunissement.

Rajeunie, la salle de 1500 sièges a toutefois conservé sensiblement le même visage... en apparence.

Les spectateurs ont-ils perçu les différences? «Pour les bancs, oui! Ils sont un peu plus grands, il y a plus de place pour les jambes. Le reste, c'est semblable», commente Paul Valois. Sa conjointe Evelyne Neveu et lui fréquentent la salle depuis une dizaine d'années. Ils sont abonnés aux Grands Explorateurs : ils partent de Durham-Sud pour rêver de contrées lointaines sur grand écran.

C'est la «Suisse au coeur des Alpes», une présentation des Grands Explorateurs, qui a coïncidé avec la réouverture de la salle Maurice-O'Bready du Centre culturel de l'Université de Sherbrooke, qui souffle 50 bougies cette année.

«On est des habitués et on allait toujours à l'étage supérieur : c'est notre première fois au rez-de-chaussée. Je trouve ça très bien la façon dont les sièges sont configurés», commente Michel Turgeon, de Sherbrooke, en faisant allusion au fait que la vue des spectateurs n'est plus obstruée par les têtes d'autres spectateurs. (...) J'ai vu dans le journal qu'il y avait beaucoup d'améliorations techniques qui ont été apportées.» Ce dernier est abonné aux Grands Explorateurs et à la série théâtre. «C'est très bien», a également fait valoir Claude Lavoie de Sherbrooke, en notant l'amélioration faite aux sièges.

«C'est une illusion d'optique», a lancé un spectateur en jetant un oeil tout autour de lui.

La salle compte entre autres de nouveaux sièges, des allées plus larges, et le décalage dans l'alignement des sièges a été modifié pour une meilleure vision devant soi. Parmi les améliorations, on compte également la circulation de l'air, la climatisation et la réparation du placage sur les murs latéraux pour l'acoustique, entre autres.

Lors de notre passage à la représentation de 16 h, le directeur du Centre culturel de l'UdeS, Mario Trépanier, est venu saluer le public. «Bienvenue chez vous, c'est un moment très fébrile...» «Nous rouvrons aujourd'hui (hier), comme prévu. On est très fier de ça», a-t-il lancé en notant que l'équipe était maintenant dans une phase de rodage. Aucun retard de chantier n'est survenu.

Mario Trépanier a aussi demandé aux gens d'être compréhensifs en raison des travaux d'agrandissement et de rénovation effectués dans le hall d'entrée. Comme ceux-ci ont commencé à la mi-octobre, l'espace se retrouve actuellement en plein chantier. Ils doivent être terminés pour le mois de mars prochain. Le public doit donc accéder au Centre culturel en passant par la porte du côté du foyer Orford.

Même si la circulation était un peu moins fluide qu'à l'habitude par la porte principale, il n'y avait pas de grand embouteillage. La situation ne semble pas avoir dérangé outre mesure les spectateurs rencontrés par La Tribune.

Au total, lorsque la deuxième phase des travaux sera complétée, quelque 9,5 M$ auront été investis.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer