Cookshire a sa salle de spectacles

Le spectacle d'Irwin Blais a fait salle comble.... (Photo fournie)

Agrandir

Le spectacle d'Irwin Blais a fait salle comble. Il reviendra pour une supplémentaire en juin prochain.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Christine Bureau</p>

(Cookshire-Eaton) Pour les résidants de Cookshire-Eaton, plus besoin de parcourir la trentaine de kilomètres qui les séparent de Sherbrooke pour voir en spectacle Kaïn, Paul Daraîche, Dominic Paquet et compagnie. Depuis que la salle Guy-Veilleux peut compter sur sa propre programmation, ce sont les artistes qui vont vers eux.

En avril dernier, Laurence Jalbert a été la première à inaugurer la salle de 225 places. La chanteuse a fait salle comble. «Les gens étaient anxieux au premier spectacle, mais ils ont été agréablement surpris. Ils ont fait wow! Ils étaient très contents de l'ambiance que ça a donné», mentionne la directrice de la programmation, Sylvie Lapointe.

Si les gens étaient nerveux, c'est qu'il aurait été difficile d'imaginer il y a un an que la salle de la rue Castonguay, en plein coeur du village de Cookshire, puisse accueillir des spectacles professionnels. Le problème? «La sonorisation était médiocre. Même quand on faisait des réunions, le son portait trop, on avait de la difficulté à se comprendre» commente le président de Loisirs Cookshire Inc., Alain Coulombe. C'est maintenant chose du passé. Les murs ont été rembourrés avec de la laine, le plafond a été transformé et une scène a été installée en permanence. «90 % du travail est fait. Il reste un travail de finition de bois à faire et c'est terminé», explique-t-il.

Autrefois propriété de Loisirs Cookshire, la salle Guy-Veilleux appartient aujourd'hui à la municipalité. «On lui a donnée, mais en lui demandant en échange de payer pour les rénovations. La Ville est très ouverte, elle a tout de suite embarqué», indique M. Coulombe. En tout, 60 000 $ auront été investis dans la salle. Et comme elle appartient maintenant à la municipalité, les prix des billets restent abordables - souvent entre 25 $ et 35 $ - et permettent de réserver une plus grande partie du budget à attirer de gros noms.

«Quand j'ai commencé à faire des appels, c'était toujours en vantant la salle, en disant aux artistes que c'était très intime», raconte Mme Lapointe. Elle assure avoir de la facilité à les convaincre de faire un détour par Cookshire-Eaton.

Les spectateurs aussi sont faciles à convaincre. «Les billets se vendent! Les gens répondent très bien», s'enthousiasme-t-elle. Et comme le travail d'Alain Coulombe et Sylvie Lapointe est bénévole, tous les profits réalisés lors des spectacles sont réinvestis dans les loisirs de la municipalité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer