Vague mais rassembleur

Deux ans et demi après la sortie de... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Deux ans et demi après la sortie de son premier album éponyme, la formation sherbrookoise Union General lance un nouveau disque de onze chansons. Le trio est composé des frères Johann et Karl Schmitz et de Stéphane Messier.

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) Union General. Ça pourrait être un syndicat, une compagnie d'assurance, un parti politique...

Mais, non, c'est un trio musical sherbrookois, devenu ensuite quintette, puis quatuor, puis redevenu trio pour son deuxième album, lancé justement demain soir. Le nom a été choisi pour son absence de connotation.

« C'est vague... mais rassembleur », dit Stéphane Messier, membre fondateur. Pour preuve : « J'ai trouvé un hôpital qui porte ce nom... et même une fabrique de crème glacée artisanale », rapporte-t-il.

Un nom qui sonne bien en anglais comme en français, ajoute Karl Schmitz, guitariste.

Un nom aussi à l'image de la musique du groupe. Non pas qu'Union General fasse des chansons vagues. Au contraire, le rock, le funk, le soul, le blues, le jazz, le pop et les sonorités millésimées y sont nettement audibles. Mais justement, on pourrait dire des onze plages de leur nouvelle galette, 12 Notes to Satisfy the Whole World, qu'elles rappellent toujours « vaguement » quelque chose.

« Nous avions pensé accompagner le disque d'une liste de tous les artistes qui nous ont influencés. Nous avons vite abandonné l'idée : nous aurions rempli une feuille lignée recto verso en caractères douze points », résume Karl Schmitz.

On pourrait dire des onze plages de leur nouvelle galette qu'elles rappellent toujours «vaguement» quelque chose.

« En fait, poursuit Stéphane Messier, c'est l'idée derrière le titre [12 notes pour satisfaire le monde entier]. Elle vient d'une entrevue donnée par Ornette Coleman, le musicien free jazz, qui racontait que toute la musique populaire des 60 dernières années a été réalisée avec les douze mêmes notes [la gamme chromatique]. As-tu déjà vu le sketch de Juste pour rire sur YouTube où l'on voit un trio jouer les trois ou quatre mêmes accords, passant de Styx à Journey, à Bon Jovi...? Il y a une sorte de convention implicite que ce sont ces 200 ou 300 combinaisons d'accords que les gens aiment et qu'ils trouvent bonnes. Évidemment, après ça, il y a toute la texture des sons et les mots qui sont couchés dessus... »

Retour à la basse

Déjà trio à sa fondation, Union General n'a pas eu trop de mal à apprivoiser sa dimension d'origine. La transition entre les deux albums s'est faite presque naturellement. Il faut dire que le groupe, qui s'est retrouvé sans bassiste en août 2012 (six mois après le lancement de l'album), n'avait alors que peu joué sur scène.

« J'ai retrouvé le plaisir d'être bassiste », rapporte Stéphane Messier, qui se concentrait avant sur les claviers et le chant. « Maintenant, il m'arrive, pour la ligne de basse, de jouer une octave plus bas au clavier, mais j'avoue que je préfère le vrai instrument. Il me permet de bouger un peu plus sur scène et d'apporter un son plus cru. J'ai aussi pris mon rôle de chanteur plus au sérieux. Avant, j'étais la voix du groupe. Aujourd'hui, je suis le chanteur. »

L'album 12 Notes est aussi le fruit d'un plus grand effort collectif, poursuit Karl Schmitz. « Pour le premier, nous avons travaillé à partir des démos de Stéphane. Pour celui-ci, notre réservoir de chansons était à sec. Johann et moi avons donc davantage participé et nous nous sommes mieux approprié les idées de Stéphane. »

Qualifiant ses textes de candides, Stéphane Messier considère qu'il y a tout de même des constats sombres cachés sous les mélodies joyeuses. « Je ne serai jamais revendicateur comme les Cowboys fringants, mais une chanson comme Fear Is Not the Answer parle de la peur comme mauvaise conseillère. Une autre comme Memory demande : mais qu'as-tu fait de ta journée? »

Lancement de l'album 12 Notes to Satisfy the Whole World

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer