Toujours dans l'univers de Gerry

Mario Saint-Amand... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Mario Saint-Amand

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Yanick Poisson
La Tribune

(L'AVENIR) Après avoir vendu sa demeure pour enregistrer la première moitié de 22 Câline de blues, Mario Saint-Amand a choisi d'utiliser sa carte de crédit pour réaliser la deuxième partie de son projet lié au répertoire de Gerry Boulet. Le chanteur et comédien a lancé ce deuxième album à la Maison de la culture de L'Avenir.

« J'ai décidé de battre le fer pendant qu'il était chaud. Et les gens étaient nombreux à me demander d'enregistrer Câline de blues, Un beau grand bateau et Toujours vivant », annonce-t-il.

Les 11 nouvelles chansons ont été enregistrées en spectacle, mais sans auditoire. Encore une fois, l'artiste a remplacé la guitare par du violon électrique afin de mettre les paroles encore plus en évidence. « Mon objectif est de rendre hommage aux Pierre Arel, Michel Rivard, Denise Boucher et Pierre Ruest qui sont derrière les chansons d'Offenbach et de Gerry Boulet. C'est d'eux dont je parle, je raconte leurs histoires », explique M. Saint-Amand.

Afin de bâtir son projet, le chanteur a sélectionné 45 succès de Gerry Boulet et Offenbach. De ce nombre, il en a choisi 18 et a ajouté quatre de ses compositions personnelles.

Mario Saint-Amand ne cache pas que c'est le film Gerry qui l'a convaincu de se lancer en chanson. Il a pris de gros risques financiers pour se lancer dans l'aventure, mais ne regrette rien.

« Nous avons déjà donné 27 spectacles. Il y en a 17 autres prévus cet automne et déjà 40 pour 2015. Les discussions vont également bien afin de jouer avec les Violons du Roy, qui pourraient venir magnifier tout ce qui a été créé. Nous avons un rock symphonique qui se prête très bien à ça. »

Un film sur Kerouac

Parallèlement à sa tournée de spectacles, Mario Saint-Amand travaille sur deux autres projets d'album : le premier, plus personnel, rock et symphonique, et un deuxième, plus atmosphérique, avec Jacques Brunette, un copain de longue date.

L'artiste a également terminé l'écriture de deux scénarios de longs métrages biographiques, un premier sur la vie de Nefertari Belizaire, l'autre sur l'écrivain américain Jack Kerouac. Il s'est intéressé à ces deux individus pour des raisons bien différentes.

« Nefertari Belizaire a été agressée dès l'âge de cinq ans. Ça me révolte que, dans notre société, on s'occupe davantage des malfaiteurs que des victimes. S'il n'y a personne pour s'indigner, moi je vais le faire, promet-il. Pour ce qui est de Kerouac, il maîtrisait un franglais impressionnant. Comme ma famille vient du Nouveau-Brunswick, je me suis tout de suite senti concerné », explique l'artiste, qui est maintenant à la recherche de financement pour ces deux productions. « Les choses arrivent toujours en temps voulu. Je fais confiance à la providence. Il faut être convaincu pour persuader des gens, et je le suis », conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer