Biz écrit et chante le Québec libre

Entre deux entrevues et en dehors des soirs de spectacle, Biz planche sur son... (Archives La Presse, Robert Skinner)

Agrandir

Archives La Presse, Robert Skinner

Partager

Sur le même thème

Karine Tremblay
Karine Tremblay
La Tribune

(Sherbrooke) Entre deux entrevues et en dehors des soirs de spectacle, Biz planche sur son troisième roman. De l'intrigue qu'il est en train de mettre sur papier, il dit peu de choses, sinon qu'elle est plantée dans un village fictif de l'Abitibi. Ce sur quoi il ne fait aucun mystère, c'est le plaisir qu'il a à écrire.

C'est net et franc : la littérature est son avenir. Il n'annonce pas la fin de Loco Locass. Mais il sait qu'un jour viendra où le groupe ne pourra plus exister.

L'écriture à temps plein, ce n'est toutefois pas pour tout de suite. Au présent, dans l'immédiat, il y a les nouvelles chansons à tourner sur les scènes du Québec. Le bonheur est là. L'énergie aussi. L'élan du printemps érable a ramené la question identitaire sur le plancher. Ils ont saisi la balle. Au coeur des événements, Loco Locass était là. La parole franche, la présence affirmée. Inspiré par cette rafraîchissante jeunesse se réclamant d'une autre société, d'un Québec plus grand que ses politiciens. L'automne et ses élections ont calmé le jeu. Mais une crise semblable, qui brasse cabane et racines, est-ce que ça s'éteint avec le dépouillement d'un scrutin?

« On va voir samedi. Sherbrooke est une ville universitaire qui a été aux premières loges des événements...»

Texte complet dans La Tribune de jeudi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer