BRP, entre l'héritage et la modernité

C'est à l'usine 1 que se fera tout... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

C'est à l'usine 1 que se fera tout le travail de montage des Spyder et des motoneiges. Le regroupement des activités sur une seule chaîne de montage rendra le travail plus fluide.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julie Lupien
La Tribune

(Valcourt) Près de deux ans après l'annonce d'un investissement de 118 M$ sur cinq ans pour moderniser ses activités manufacturières, BRP est sur la bonne voie pour mener à bien ses ambitions. La fin du projet est prévue en 2018.

Tout en modifiant ses usines au goût du jour, les dirigeants de BRP tiennent à conserver des pans de son histoire. « On revoit la maison. Les fondations de la première bâtisse de production bâtie en 1947 sont visibles avec son plafond qui est plus bas. La modernisation, quant à elle, améliore le service aux clients et permettra aux employés de travailler dans un environnement plus ergonomique et naturel », explique Richard Gobeil, vice-président aux ressources humaines à Valcourt.

Des équipements plus flexibles sont préconisés dans la modernisation de l'usine de Valcourt.

« Dans la nouvelle chaîne de montage, il n'y a pas de chaîne au sol. Alors, nous pourrons changer son aménagement sans difficulté, si cela est nécessaire. Les « karts » sont intelligents et reconnaissent le véhicule qu'ils transportent. Ils sont à même d'effectuer les opérations spécifiques à chacun. On se rapproche donc de notre vision d'éventuellement personnaliser nos produits selon les goûts de nos clients » souligne Patrick Dusseault, vice-président à la stratégie manufacturière.

Une seule chaîne de montage

L'usine 2, qui sert jusqu'à maintenant au montage des motoneiges, sera convertie en centre de logistique ainsi qu'en entrepôt de pièces et de préparation du matériel. Celui-ci sera ensuite acheminé vers la nouvelle chaîne d'assemblage de l'usine 1, sur des rampes de béton.

C'est à l'usine 1 que se fera tout le travail de montage des Spyder et des motoneiges.

« C'est vraiment intéressant de voir l'ampleur des travaux. En vivant sur le chantier jour après jour, je peux dire que les gens seront très satisfaits du résultat. Avoir les usines regroupées en une seule chaîne de montage fait en sorte que le travail sera plus fluide. Les employés verront une grosse différence », affirme Patrick Lamontagne, chef de groupe chez BRP et responsable de la santé et de la sécurité sur le chantier.

« Nous avons eu à relever beaucoup de défis. Par exemple, on a dû retarder les travaux en juin pendant les célébrations du 10e anniversaire du Spyder. Mais maintenant, l'équipe est bien synchronisée et l'horaire est respecté dans l'ensemble », déclare Stéphane Gagnon, chargé de projet pour l'équipe V2020 pour le génie industriel, assemblage.

Rappelons que pour le manufacturier, « ces investissements visent à bien positionner l'usine de Valcourt pour renforcer son rôle stratégique en tant que Centre d'expertise en design, recherche, développement et production manufacturière pour l'ensemble des activités de BRP dans le monde ».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer