54 autres employés en arrêt chez Waterville TG

En plus de la trentaine d'employés de bureau... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

En plus de la trentaine d'employés de bureau qui ont perdu définitivement leur poste la semaine dernière chez Waterville TG, l'entreprise devra temporairement mettre à pied 54 syndiqués à compter de vendredi.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Tommy Broche
La Tribune

(Waterville) En plus de la trentaine d'employés de bureau qui ont perdu définitivement leur poste la semaine dernière chez Waterville TG, l'entreprise devra mettre à pied 54 syndiqués temporairement à compter de vendredi.

Le vice-président du Syndicat des Métallos local 696, Sylvain Ducharme, a confirmé que 54 de ses membres recevront une lettre ou l'ont déjà reçue où on leur explique la situation. « On a des gens qui vont être en mise à pied temporairement à cause d'une baisse de volume. Selon les règles du chômage, une mise à pied temporaire est de six mois ou moins », explique-t-il.

M. Ducharme précise que ce type de mises à pied est assez fréquent dans le milieu de l'automobile. « Ça arrive aux cinq à sept ans. Il y a parfois des creux de vagues dans ce secteur », continue-t-il.

Les 54 syndiqués affectés devraient retrouver leur emploi. « L'employeur prévoit qu'un programme en départ va atteindre un potentiel plus élevé dans quelques mois », indique M. Ducharme, en faisant référence à un nouveau contrat attendu.

Le déménagement de la production de la Toyota Camry au Mexique a certainement eu un impact sur les commandes chez Waterville TG, croit M. Ducharme. « Il y a aussi le fait que, selon notre convention collective, tout le monde doit avoir un poste. Comme il y a des postes qui ont été fermés avec la fin du contrat de BMW et que le prochain contrat est un peu plus tard, ça a fait une période creuse », explique Sylvain Ducharme.

Sylvain Ducharme tenait par ailleurs à préciser que la trentaine d'emplois perdus la semaine dernière n'était pas du ressort du Syndicat des Métallos. « Je ne peux pas commenter, ils ne sont pas syndiqués. C'est ce qu'on appelle des gens de bureau qui ont été remerciés de leurs services », ajoute-t-il.

Le syndicat des Métallos compte environ 800 membres à l'entreprise Waterville TG. La majorité des 54 employés mis à pied temporairement sont déjà avisés. La décision sera effective à partir du vendredi 1er septembre.

De son côté, la direction de Waterville TG a refusé de commenter la situation malgré plusieurs tentatives pour la joindre.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer