Le Fonds Christian Paradis déjà épuisé

Le Fonds Christian Paradis était doté d'une enveloppe... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le Fonds Christian Paradis était doté d'une enveloppe de 50 millions de dollars, destinée à l'accélération de la diversification économique des communautés de la MRC des Appalaches (Thetford Mines) et de la MRC des Sources (Asbestos).

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Thetford Mines) En quatre ans, L'Initiative canadienne de diversification économique des collectivités tributaires du chrysotile (Fonds Christian Paradis) a permis de merveilleuses réalisations dans les régions d'Asbestos et de Thetford Mines. Mais trois ans avant l'échéance du fonds, les 50 millions sont pratiquement épuisés. Le député de Mégantic-L'Érable Luc Berthold souhaite donc que Développement économique Canada (DEC) collabore pour leur permettre de poursuivre sur cette lancée.

Luc Berthold... (Archives, La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Luc Berthold

Archives, La Tribune

Dans la seule MRC des Appalaches, plus de 30 millions de dollars ont été investis, générant des investissements totaux de près de 70 millions de dollars. « On est content. DEC ont très bien travaillé avec la région depuis les quatre dernières années. Ils ont été efficaces, ils nous ont compris. Maintenant le message qu'on leur lance, c'est qu'on veut continuer », lance Luc Berthold.

Rappelons que c'est en juin 2013 qu'on annonçait la mise en place de l'initiative, dans un contexte où le gouvernement du Canada adoptait une nouvelle position internationale concernant le chrysotile à la suite de la décision du Parti québécois d'abandonner cette industrie au Québec. Le Fonds Christian Paradis était doté d'une enveloppe de 50 millions de dollars, destinée à l'accélération de la diversification économique des communautés de la MRC des Appalaches (Thetford Mines) et de la MRC des Sources (Asbestos).

En ce sens, le député adresse deux demandes à l'organisme fédéral. Premièrement, il souhaite une garantie que les entreprises et les projets des deux MRC puissent toujours avoir accès aux sommes normales prévues dans les programmes réguliers de Développement économique Canada.

« Toutes les demandes adressées à DEC dans les dernières années ont transigé à travers le fonds de 50 millions. Quand on a demandé aux représentants de DEC si on allait pouvoir aller chercher des sommes dans les fonds réguliers, lorsque les 50 millions seraient épuisés, on n'a pas été capable d'obtenir de réponses précises. La crainte est alors que pendant trois ans, on n'ait accès à aucun fonds pour poursuivre la démarche de diversification. »

En ce sens, il confie que plusieurs projets sont encore sur la table et que dans les 30 millions qui ont été donnés dans la MRC des Appalaches, il y en a une dizaine qui sont allés en prêts pour les entreprises et que certaines de ces entreprises ont déjà remboursé ces montants.

« Ce qu'on demande alors à DEC, c'est de remettre ces sommes remboursées dans le fonds et de maintenir les mêmes critères qu'on a eus au cours des quatre premières années. On ne demande pas d'argent neuf », soutient le député.

Alors que la région de Thetford Mines est toujours en attente d'annonces d'investissements pour le centre des congrès, le prolongement du réseau gazier dans la MRC des Appalaches et le dossier de promotion et marketing de la ville de Thetford Mines, le député croit fermement qu'il ne faut pas freiner les initiatives.

« On est sur un bel élan. Pour les promoteurs, si on leur dit qu'on se met sur pause pour trois ans, ils vont aller ailleurs. On ne peut pas mettre une diversification sur pause. »

Bénéficiant aussi du Fonds Christian Paradis, la MRC... (Archives, la Tribune) - image 2.0

Agrandir

Bénéficiant aussi du Fonds Christian Paradis, la MRC des Sources approuve totalement la demande du député Luc Berthold.

Archives, la Tribune

Hugues Grimard, maire d'Asbestos et préfet de la... (Archives, La Tribune) - image 2.1

Agrandir

Hugues Grimard, maire d'Asbestos et préfet de la MRC des Sources

Archives, La Tribune

La MRC des Sources appuie la demande

Bénéficiant aussi du Fonds Christian Paradis, la MRC des Sources approuve totalement la demande du député Luc Berthold. Selon le préfet de la MRC et maire d'Asbestos, Hugues Grimard, c'est une priorité de pouvoir continuer à investir.

Dans la région d'Asbestos, c'est un peu plus de 10 millions qui ont servi dans la diversification économique.

« Chez nous, c'est des projets majeurs : la rue de l'Ardoise, le bassin de prétraitement.... Des projets de ce genre qui mettent sur pieds des infrastructures qui permettent le développement économique sur notre territoire », souligne M. Grimard.

Si la MRC des Sources a aussi accès à un fonds de diversification provincial, les sommes de chacun ne servent pas pour les mêmes spécifications.

« Au niveau fédéral, c'est pour les infrastructures qui permettent le développement économique. Le fonds n'investit pas à l'intérieur des entreprises de chez nous, mais pour le développement municipal. On a vraiment deux fonds complémentaires qui nous permettent d'avancer », explique le préfet.

En ce sens, l'appui du gouvernement fédéral est essentiel selon lui. « Il y aura toujours des projets à réaliser. On peut créer de la richesse, mais il faut être accompagné par le gouvernement fédéral. On a été des années à être une mono-industrie et maintenant on veut changer la donne », confie-t-il.

Réhabilitation des terres

Par ailleurs, pour Thetford Mines, le député Luc Berthold a aussi lancé un message aux élus concernant la nécessité de mettre en place un fonds de réhabilitation des terres minières.

« C'est beau dire qu'on bannit l'amiante, mais il y a une collectivité qui est là et qui en vit depuis 125 ans. C'est une cicatrice dont on est fier, mais il faut aussi vivre avec », soutient le député.

En décembre 2016, alors qu'on annonçait le dossier du bannissement de l'amiante, les ministres avaient promis aux parties prenantes une rencontre avec les élus. Elles attendent toujours.

Avant cette annonce, il y avait encore un intérêt pour entretenir les quelque 50 km carrés de terres minières de Thetford Mines étant donné le potentiel économique de la mine. Maintenant, elles sont condamnées à dépérir si personne ne s'en occupe, ce qui pourrait s'avérer dangereux.

« On demande au gouvernement de mettre en place un fonds de réhabilitation des terres minières à Thetford. Il faut redonner le territoire aux gens et le sécuriser convenablement », croit Luc Berthold.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer