Le patron de Sears veut racheter l'entreprise

Le président exécutif de Sears Canada, Brandon Stranzl,... (La Presse canadienne)

Agrandir

Le président exécutif de Sears Canada, Brandon Stranzl, quitte ses fonctions afin de préparer une offre visant à mettre la main sur le détaillant, qui poursuit sa restructuration sous la supervision des tribunaux.

La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Le président exécutif de Sears Canada, Brandon Stranzl, quitte ses fonctions afin de préparer une offre visant à mettre la main sur le détaillant, qui poursuit sa restructuration sous la supervision des tribunaux.

Une note envoyée aux employés explique que M. Stranzl désire proposer un plan qui permettrait à l'entreprise de se réinventer pour ne plus être à l'abri de ses créanciers.

Les acheteurs intéressés ont jusqu'à la fin du mois pour soumettre une proposition.

«Avec la date limite qui approche et les ressources nécessaires pour réunir tous les éléments d'une offre, le conseil d'administration a estimé qu'il était mieux pour Brandon de se concentrer exclusivement sur son plan plutôt que de gérer les activités quotidiennes de Sears Canada», écrit le président du comité spécial du conseil d'administration, Graham Savage.

M. Stranzl est remplacé par Becky Penrice, actuellement vice-présidente directrice et chef de l'exploitation.

En juin, Sears Canada s'était placé sous la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies. Le détaillant est à la recherche d'un investisseur ou d'un acheteur alors qu'il négocie avec ses créanciers et des propriétaires de centres commerciaux dans lesquels se trouvent ses magasins.

Le détaillant avait annoncé le mois dernier son intention de fermer 59 établissements au pays en plus d'éliminer 2900 postes, sans verser d'indemnités de départ, dans le cadre de sa restructuration.

Mardi, l'entreprise a annoncé la création d'un fonds spécial de 500 000 $ destiné aux employés ayant perdu leur emploi et qui sont partis les mains vides. Le montant proviendra de l'argent mis de côté afin de verser des primes de rétention à certains hauts dirigeants.

Sears Canada a été la cible de nombreuses critiques le mois dernier après avoir obtenu la permission de la cour pour verser 9,2 millions $ en primes de rétention à des hauts dirigeants alors que des travailleurs licenciés partaient sans rien recevoir.

L'entreprise fondée en 1952 pense avoir terminé ses ventes de liquidation d'ici le 12 octobre et espère avoir complété sa restructuration cette année.

Le détaillant exploitait 239 établissements, incluant des magasins à rayons, des magasins d'électroménagers et de matelas, des magasins Sears Décor, des magasins de liquidation, des centres de distribution et des entrepôts.

Sears Canada a vu sa haute direction être remaniée à plusieurs reprises au cours des quatre dernières années alors que le détaillant tentait de se relancer.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer