Neptune se cherche une vocation

Face à un marché du krilll en décroissance,... (Spectre média, Frédéric Côté)

Agrandir

Face à un marché du krilll en décroissance, Neptune Technologies a décidé de vendre sa division de production d'huile à l'entreprise norvégienne Aker BioMarine pour une somme de 34 millions de dollars US.

Spectre média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(Sherbrooke) L'usine sherbrookoise de Neptune Technologies abandonne la production d'huile de krill, mettant à pied une cinquantaine d'employés à son usine du parc industriel.

Face à un marché du krill en décroissance, l'entreprise a décidé de vendre sa division de production d'huile à l'entreprise norvégienne Aker BioMarine pour une somme de 34 millions de dollars US.

Selon le porte-parole de l'entreprise, Pierre Boucher, la transaction annoncée hier après-midi aux employés ne signifie pas la fermeture de l'usine sherbrookoise.

« Malheureusement, à court terme, cela signifie une cinquantaine de mises à pied, a expliqué M. Boucher. Par contre, on est en train de chercher une autre vocation à notre usine de Sherbrooke puisque celle-ci ne fait pas partie de la transaction », a-t-il précisé.

Neptune Technologies entend se servir du montant obtenu par la transaction pour se lancer dans la production d'huile de cannabis à des fins thérapeutiques par le biais du Consortium Vallée Verte formé en mai dernier avec l'Université de Sherbrooke et le Groupe DJB. D'autres projets de développement sont aussi à l'étude. « L'usine de Sherbrooke pourrait être utilisée dans le cadre du projet de production d'huile de cannabis », a précisé M. Boucher.

Selon le porte-parole, la décision de Neptune Technologies d'abandonner le krill (un crustacé qui ressemble à une crevette) s'appuie en bonne partie sur la décroissance du marché à l'échelle mondiale. « Depuis quelques années le marché du krill a beaucoup changé. Les prix et la demande ont baissé et l'usine de Sherbrooke n'était plus en mesure de maintenir sa compétitivité », a expliqué M. Boucher.

Les mises à pied prévues dans le cadre de cette restructuration se dérouleront en deux phases. « Nous allons procéder à une première phase au cours des prochains jours et nous allons conserver un groupe d'employés afin de travailler sur le projet d'huile de cannabis et les autres projets que nous voulons explorer. »

Le projet de production d'huile de cannabis n'a pas encore reçu l'homologation de Santé Canada, mais le consortium espère entrer en production à la fin 2018 ou au début de 2019.

Neptune Technologies avait investi un montant de 48 millions $ dans ses installations sherbrookoises après l'explosion qui avait fait trois morts et causé des blessures à une trentaine de personnes en novembre 2012. La production a repris en juin 2014.

Neptune Technologies & Bioressources est inscrite à la bourse de Toronto et de Nasdaq. Mardi, peu avant la fermeture des marchés, son titre (NEPT) était en baisse de 4,35 % à 1,10 $.




À lire aussi

  • Les employés de Neptune en demande

    Affaires

    Les employés de Neptune en demande

    Tout indique que les employés de Neptune Technologies ne resteront pas au chômage très longtemps. Plusieurs entreprises de la région ont en effet... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer