Feu vert à des variétés de patates OGM

L'approbation de Santé Canada et de l'Agence canadienne... (Associated Press)

Agrandir

L'approbation de Santé Canada et de l'Agence canadienne d'inspection des aliments permettra à l'entreprise J.R. Simplot Co. d'exporter, de planter et de vendre ses patates au Canada.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Boise, Idaho

Trois variétés de pommes de terre génétiquement modifiées par une entreprise de l'Idaho afin qu'elles puissent résister à l'agent pathogène qui avait provoqué la famine irlandaise sont propres à la consommation et sûres pour l'environnement, ont indiqué les autorités canadiennes, jeudi.

L'approbation de Santé Canada et de l'Agence canadienne d'inspection des aliments permettra à l'entreprise J.R. Simplot Co. d'exporter, de planter et de vendre ses patates au Canada.

L'entreprise soutient qu'elle a reçu des lettres d'approbation au cours des derniers jours. Une porte-parole de Santé Canada, Renelle Briand, a confirmé la décision des autorités canadiennes. Dans une lettre envoyée à l'entreprise, la directrice générale de Santé Canada, Karen McIntyre, dit que l'agence fédérale ne soulève aucune objection à la vente d'aliments pour la consommation humaine provenant de J.R. Simplot.

Deux autres lettres provenant des autorités canadiennes ont été envoyées à l'entreprise pour lui annoncer que ces patates pourront être plantées dans les champs canadiens et servir à l'alimentation du bétail.

Ces trois variétés de pommes de terre - la Russet Burbank, la Ranger Russet et l'Atlantique - avaient reçu l'approbation des autorités américaines en février.

Un porte-parole de l'entreprise, Doug Cole, a indiqué que celle-ci avait mené des essais expérimentaux dans trois provinces canadiennes : le Manitoba, l'Ontario et l'Île-du-Prince-Édouard.

Des fermiers prince-édouardiens sont parvenus à faire pousser des Russet Burbank, a fait savoir M. Cole, mais le climat humide favorisant le mildiou a représenté un problème. Une patate pouvant résister au mildiou aiderait ces agriculteurs.

Aucune preuve ne démontre que les aliments modifiés génétiquement sont impropres à la consommation, mais changer le code génétique d'un aliment existant demeure un problème éthique pour certaines entreprises. Le mildiou peut anéantir des récoltes entières de patates. Il est responsable de la famine qui avait frappé l'Irlande dans les années 1840 et tué environ un million de personnes. La maladie représente toujours un problème important pour les agriculteurs, particulièrement dans les régions les plus humides.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer