Menoumm officiellement en faillite

L'entreprise Menoumm s'est placée sous la protection de... (Archives, La Tribune, René Marquis)

Agrandir

L'entreprise Menoumm s'est placée sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. La première assemblée des créanciers se déroulera le dimanche 20 juillet prochain.

Archives, La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'entreprise Menoumm s'est placée sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité le 20 juin, selon l'avis public publié dans les pages de La Tribune, et la première assemblée des créanciers se déroulera le 20 juillet, à 10h, dans les bureaux de Raymond Chabot à Sherbrooke, le syndic responsable du dossier.

Selon le Bureau du surintendant des faillites du Canada, le total du passif de Menoumm s'élève à 600 413$ alors que l'actif est de 18 283$.

Une quarantaine de créanciers non garantis apparaît au dossier, tel que déclaré et estimé par le failli. Parmi ces derniers, Julien inc, fabricant de cuisines commerciales de Québec, est le plus important avec une créance de 548 445$.

La fermeture de l'épicerie spécialisée, qui s'était installée dans l'ancienne caserne de pompiers au coin des rues Prospect et Jacques-Cartier, avait été annoncée au début de juin, soit environ deux mois après son ouverture.

La Tribune publiait en avril que l'ouverture de Menoumm avait nécessité un investissement «  majeur de plus d'un million de dollars » et avait permis la création de 30 emplois.

Le site de la rue Prospect avait été racheté en mai 2015 par le Sherbrookois Marc Beaudoin, un planificateur financier chez Beaudoin, Rigolt et associés, qui en avait fait son projet de retraite.

M. Beaudoin était absent lors de l'ouverture officielle du commerce.

Sanction de l'AMF

Par ailleurs, les activités de Beaudoin Rigolt ont été suspendues en décembre 2016 à la demande de l'Autorité des marchés financiers (AMF). Et le 7 mars 2017, toujours à la demande de l'AMF, le Tribunal administratif des marchés financiers (TMF) a prononcé une décision retirant les droits conférés par l'inscription à Beaudoin, Rigolt & associés à titre de courtier en épargne collective.

Falsification des formulaires, absence répétée de la personne qui devrait agir comme chef de la conformité, dépôt d'une plainte contre la chef adjointe de la conformité sont autant d'indices qui, selon l'AMF, prouvent que la culture de la conformité est insuffisante chez Beaudoin, Rigolt & associés, soit parce qu'on la comprend de manière inadéquate, soit parce qu'on en fait fi.

Aussi en 2012, le Bureau de décision et de révision de l'AMF avait pris acte d'une entente intervenue entre Marc Beaudoin, Beaudoin, Rigolt & associés et l'AMF, visant à leur imposer une pénalité administrative totalisant 8 000 $ pour différents manquements à la règlementation.

Parmi les manquements constatés lors d'une inspection menée par l'Autorité, le non-respect des exigences relatives à la tenue des dossiers, la non-divulgation d'une modification aux renseignements dans la Base de données nationale d'inscription dans les délais requis et le non-respect des obligations de surveillance et de contrôle de la conformité avaient été mentionnés.

Aucun Marc Beaudoin n'a fait faillite en 2017 selon le Bureau du surintendant des faillites Canada.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer