Le Sears du Carrefour survit à la purge

Le magasin Sears du Carrefour de l'Estrie survit à la purge annoncée par la... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Le magasin Sears du Carrefour de l'Estrie survit à la purge annoncée par la chaîne canadienne de magasins grande surface Sears qui est en profondes difficultés financières.

Le Sears de Sherbrooke n'apparaît pas à la liste des magasins qui devront fermer les portes au pays dévoilée alors que Sears Canada annonce avoir soumis une demande à la Cour supérieure de justice de l'Ontario en vue de se placer sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) dans le but de poursuivre la restructuration de leurs activités.

Au total, ce sont 20 grands magasins, ainsi que de 15 Sears Décor, 10 magasins de liquidation et 14 magasins d'électroménagers et de matelas Sears qui seront fermés au Canada. Environ 2900 postes seront supprimés dans l'ensemble de son réseau de vente au détail et à son siège social à Toronto.

Celui de Drummondville figure toutefois à la liste de ceux appelés à cesser leurs activités.

Sears Canada a expliqué par voie de communiqué que «les pressions continues sur les liquidités auxquelles la Société fait face ainsi que les anciennes composantes de ses activités l'empêchent de faire progresser davantage ses efforts et de restructurer ses actifs et ses entreprises de longue date en dehors d'une instance en vertu de la LACC».

Si la demande de protection est acceptée, poursuit le communiqué, le Groupe Sears Canada s'efforcera de terminer sa restructuration rapidement et espère se dégager de la protection offerte par la LACC dès que possible en 2017.

Sears Canada avait prévenu la semaine dernière qu'elle avait été incapable d'emprunter autant d'argent qu'elle l'anticipait, ce qui jetait «un doute important sur la capacité de la Société à poursuivre son exploitation».

La compagnie avait expliqué qu'elle serait en mesure d'emprunter seulement 109 millions $ des 175 millions $ dont elle dit avoir besoin.

Le communiqué précisait que Sears demeure aux prises avec un contexte très difficile, des pertes d'exploitation récurrentes et des flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation négatifs au cours des cinq derniers exercices, et elle affiche des pertes nettes depuis 2014.

Au premier trimestre, Sears Canada a encaissé une perte nette de 144,4 millions $ ou 1,42 $ par action, comparativement à une perte de 63,6 millions $ ou 62 cents par action l'an dernier.

Ses revenus trimestriels ont reculé de 15,2 pour cent à 505,5 millions $.

Les ventes des magasins comparables ont augmenté de 2,9 pour cent au premier trimestre par rapport à celles du trimestre correspondant de l'exercice précédent.

L'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières avait suspendu jeudi la négociation du titre de Sears Canada.

- Avec Claude Plante




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer