BRP versera un premier dividende

La participation de la famille Beaudoin-Bombardier dans BRP... (Archives, La Presse)

Agrandir

La participation de la famille Beaudoin-Bombardier dans BRP lui permettra de passer à la caisse alors que le constructeur de véhicules récréatifs s'apprête à verser le premier dividende de son histoire en plus de procéder à un important rachat d'actions.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

La participation de la famille Beaudoin-Bombardier dans BRP lui permettra de passer à la caisse alors que le constructeur de véhicules récréatifs s'apprête à verser le premier dividende de son histoire en plus de procéder à un important rachat d'actions.

Avec ses 41,2 millions d'actions à droit de vote multiple, la famille qui contrôle Bombardier recevra jusqu'à 3,3 millions $ dans le cadre du premier versement du dividende de huit cents par action, le 13 juillet.

Elle pourrait également empocher jusqu'à 129 millions $ en vendant certaines de ses actions de BRP étant donné que l'entreprise compte en racheter jusqu'à concurrence de 350 millions $ à des fins d'annulation d'ici la fin du mois de juillet.

« Dans l'industrie, si on nous compare à nos pairs, à peu près tous nos concurrents versent un dividende, alors nous étions un peu en retard », a expliqué à La Presse canadienne le président et chef de la direction de BRP, José Boisjoli, au cours d'une entrevue téléphonique au terme de l'assemblée annuelle qui s'est déroulée à Valcourt, jeudi.

Celui-ci a expliqué que l'entreprise évaluait depuis environ deux ans la possibilité d'introduire un dividende, assurant que cette décision avait été prise en fonction de la situation financière et non à la suite de pressions en provenance de la famille Beaudoin-Bombardier.

La firme américaine d'investissement Bain Capital aura également droit à sa part du gâteau grâce à ses 31,7 millions d'actions.

Ces deux actionnaires majoritaires, qui détiennent conjointement 65,3 pour cent de BRP, se délesteront d'une partie de leurs actions pour maintenir une participation équivalente dans la société au terme du processus de rachat.

« À notre avis, ce processus pourrait permettre à Bain Capital de diversifier une partie de ses (actions) », a observé l'analyste Benoit Poirier, de Desjardins Marchés des capitaux, dans une note envoyée par courriel.

Le constructeur des Ski-Doo, Sea-Doo et Can-Am avait été essaimé de Bombardier en 2003 et avait effectué son premier appel public à l'épargne en 2013.

Ces annonces ont également fait bondir le titre de BRP, qui a touché un sommet de 37,87 $ à la Bourse de Toronto.

L'action a clôturé à 37,03 $, en hausse de 4,17 $, ou 12,69 pour cent.

Le chef de la direction financière, Sébastien Martel, a indiqué que le dividende sera ajusté en fonction de la croissance des profits tout en précisant qu'aucune cible n'avait été déterminée.

Prévisions relevées

En ce qui a trait à ses résultats pour la période de trois mois terminée le 30 avril, BRP a affiché une perte nette de 18,5 millions $, ou 17 cents par action. Ce résultat a été attribué à la fluctuation défavorable des taux de change.

De leur côté, les revenus ont été de 956,2 millions $, en progression de trois pour cent.

« En dépit du printemps tardif, les perspectives demeurent intéressantes pour la saison des motomarines », a estimé M. Boisjoli, qui a également souligné que les ventes au détail des Can-Am et autres véhicules côte à côte étaient en hausse de 30 pour cent cette saison.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer