L'Estrie invitée à parler prospérité

Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du Conseil du patronat... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du Conseil du patronat du Québec, a annoncé la nomination de Francine Guay, présidente du conseil d'administration de M.I. Intégration, au titre d'ambassadrice estrienne de la campagne Prospérité Québec.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(Sherbrooke) Le Conseil du patronat du Québec (CPQ) croit qu'il est temps de parler de prospérité au Québec. Lancée il y a deux ans par le CPQ, la tournée Prospérité Québec a effectué un premier arrêt à Sherbrooke jeudi où l'organisme a invité tous les Estriens à prendre part au dialogue que le CPQ veut susciter entre tous les acteurs du développement économique de la région.

Devant une vingtaine de personnes réunies à l'Hôtel Delta sur l'heure du midi, le président-directeur général du CPQ, Yves-Thomas Dorval, a expliqué que la campagne Prospérité Québec vise à favoriser les meilleures conditions pour permettre au Québec de prospérer.

« Notre mission fondamentale, c'est de favoriser les meilleures conditions possible pour prospérer au Québec, et ce, au bénéfice de tout le monde. On a fait beaucoup de recherches sur les forces et les faiblesses du Québec. On a des choses extraordinaires et il y a des choses qu'il faut améliorer. Entre autres, on s'est aperçu qu'il est important de favoriser un meilleur dialogue entre la communauté des affaires et l'ensemble de la population. On veut discuter de la prospérité comme étant une occasion destinée à favoriser la qualité de vie et le niveau de vie des gens, plutôt que comme une menace. Parce que souvent quand on entend parler d'investissements, de projets industriels, etc., on voit ça comme une menace alors qu'il y a des liens très étroits entre la croissance économique, la prospérité et la qualité de vie et le niveau de vie des gens. »

M. Dorval indique que les études menées par le CPQ sur le sujet démontrent un lien étroit entre la prospérité et la qualité de vie d'une population. « C'est systématique, dit-il. Là où il y a de la prospérité, il y a toujours une amélioration (de la qualité de vie). Évidemment, il faut que ça se fasse de manière responsable. D'où l'importance pour nous qu'on aborde ce dialogue en tenant compte de l'aspect environnemental, social et de la qualité de vie au travail. »

L'appel au dialogue vise « tout le monde », insiste le porte-parole du CPQ. « Quand on parle de partenaires, ça comprend les travailleurs et aussi les gens de l'économie sociale et du milieu communautaire. Ça implique tout le monde. Mais ce dialogue-là n'arrivera pas tout seul. Nous n'attendrons pas que tout ce monde-là vienne. On va le faire, qu'ils soient là ou pas et au lieu de le faire uniquement à Montréal, on a décidé de le faire dans toutes les régions du Québec, qu'elles soient éloignées ou non. »

En Estrie, le titre d'ambassadrice de la campagne Prospérité Québec a été confié la femme d'affaires Francine Guay, présidente du conseil d'administration de M. I. Intégration, spécialisée dans la fabrication de produits d'étanchéité pour l'industrie automobile.

Mme Guay dit avoir accepté ce titre parce qu'elle croit aux liens étroits qui existent entre la prospérité et la qualité d'une vie d'une société.

« Personnellement, la qualité de vie, c'est quelque chose que je recherche. Je réalise qu'en procurant un milieu de vie à nos employés, en améliorant leurs conditions de vie à l'intérieur d'une entreprise, tu améliores aussi ta ville, ta province et ainsi de suite... »

« L'autre volet qui m'a amené à accepter ce rôle, c'est que le Québec est rendu bien petit, a-t-elle dit. Il faut travailler ensemble pour être compétitif sur le monde. C'est une mission qui nous invite à nous serrer les coudes, non seulement pour améliorer notre qualité de vie, mais aussi pour faire en sorte que les gens soient heureux et se réalisent pleinement dans ce qu'ils font. C'est vrai que tu peux être heureux sans être prospère, mais si tu as les deux, c'est un peu comme gagner à la loterie », a illustré la Grande Estrienne 2017 de la Chambre de commerce.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer