L2D débarque à Rock Forest

Audrey L'Heureux (photo), Andy Buntic (photo) et Sara... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Audrey L'Heureux (photo), Andy Buntic (photo) et Sara Lajeunesse ont annoncé l'ouverture d'une deuxième succursale L2D à Rock Forest.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Girard
La Tribune

(SHERBROOKE) Les trois entrepreneurs à l'origine du concept L2D, Andy Buntic, Audrey L'Heureux et Sara Lajeunesse, ont annoncé l'ouverture d'une nouvelle succursale d'ici quelques semaines dans le secteur de Rock Forest. On retrouvera le même concept novateur 3 en 1 qui a fait la réputation de la boutique.

L2D a déjà pignon sur rue au 103, rue Wellington Nord. Sa nouvelle succursale ouvrira quant à elle ses portes dans les anciens locaux du Nomade Techno au 4850, boulevard Bourque.

« Le choix de Rock Forest ne s'est pas fait au hasard. Nous avions beaucoup de demandes pour ce secteur de Sherbrooke particulièrement familial, et l'emplacement du boulevard Bourque nous semblait stratégique », rapporte Mme L'Heureux. L'équipe L2D considère en effet Rock Forest comme le 2e centre-ville de Sherbrooke.

Si cet emplacement semble peu fertile pour les commerces vestimentaires, Andy Buntic le voit d'un autre oeil. « La popularité de notre concept vient surtout du côté coiffure et beauté. Ainsi, le client qui vient pour ce service devient un client potentiel pour le vêtement, sans être venu spécialement pour ça », explique-t-il.

La boutique maintiendra son offre de vêtements tendance pour hommes et femmes âgés de 16 à 45 ans. Le salon de coiffure pour elle ainsi que les vêtements pour femmes et enfants seront à l'avant tandis que l'espace masculin sera à l'arrière, à la manière d'un gentleman's club.

« Nous allons mettre l'accent sur l'ambiance et nous traiterons nos clients de la meilleure façon qui soit. Pour que l'expérience soit totale, il y aura une table de billard, une table de poker, ainsi qu'un bar, le tout dans un décor moderne, avant-gardiste et typiquement masculin », indique M.Buntic à ce propos.

Les jeunes entrepreneurs sont heureux du succès obtenu par le concept. Dans un avenir rapproché, ils souhaiteraient contrôler la sphère de Sherbrooke et s'étendre dans des villes comme Magog. « Si à long terme on va à l'extérieur, ce serait plus dans des villes qui ressemblent à Sherbrooke, comme Trois-Rivières, qui est aussi une ville étudiante », mentionne Andy Buntic.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer