• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Salon Priorité-Emploi : les employeurs ont soif de talent 

Salon Priorité-Emploi : les employeurs ont soif de talent

Le Salon Priorité-Emploi Estrie s'est tenu un mois... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Le Salon Priorité-Emploi Estrie s'est tenu un mois plus tôt cette année afin de favoriser la candidature d'étudiants. L'achalandage otebnu a semblé donner raison aux organisateurs.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Avec la pénurie de main-d'oeuvre qui sévit dans la région, les employeurs ont été plus nombreux que jamais au Salon Priorité-Emploi Estrie, en quête de nouveaux talents. Heureusement, c'est aussi en grand nombre que se sont présentés les chercheurs d'emploi, permettant aux entreprises participantes de repartir avec d'impressionnantes piles de cv, et parfois même des employés fraîchement embauchés.

« On est vraiment dans un contexte de rareté de main-d'oeuvre. À l'heure actuelle, on a quasiment un poste pour chaque personne qui se présente au Salon! Il y a énormément de postes à combler et beaucoup d'entreprises qui vivent des belles croissances », indiquait samedi Louise Côté, chargée de projet pour l'événement.

« Le Salon était un mois plus tôt cette année, pour favoriser l'accès aux étudiants, et on est bien contents de l'achalandage qu'on a eu, a-t-elle ajouté. On a même eu des autobus de Montréal, parce que c'est intéressant pour nous d'intégrer la diversité dans la région. Alors oui, on est satisfaits de la réponse de la population! »

Vendredi et samedi, des salles d'entrevue étaient mises à la disposition des employeurs qui désiraient questionner des candidats.

« Vendredi, on a manqué de salles d'entrevue. On avait deux salles, et on a dû rajouter six tables supplémentaires! Les employeurs passaient des entrevues individuelles et faisaient même des embauches directement sur place. Ça bougeait vite : les gens arrivaient, et parfois, deux heures plus tard, ils ressortaient avec un emploi! » expliquait Mme Côté.

Parmi les 97 exposants, plus d'une vingtaine participaient au Salon pour la toute première année. « On avait autant des employeurs du milieu médical que du milieu du manufacturier, de l'ingénierie, ou du commerce de détail. Beaucoup de technologies de l'information aussi. C'était très diversifié », soulignait la chargée de projet.

Étudiants recherchés

C'était d'ailleurs la première présence à l'événement du camping Club Havana Resort, qui a ouvert à Maricourt l'été dernier. La copropriétaire du site à thématique cubaine, Véronique Alarie, s'est dite « agréablement surprise » de la qualité des candidats rencontrés.

« L'année passée, on avait beaucoup d'employés qui étaient des amis ou de la famille, et on s'était aussi affiché sur Facebook, alors c'était surtout des gens de l'extérieur, qu'on devait héberger. Cette année, on s'est dit qu'on allait venir chercher des gens plus dans la région, et on est vraiment contents des candidats qu'on a rencontrés. Il y a beaucoup d'étudiants, avec l'Université ici, et entre deux sessions, c'est parfait pour travailler chez nous pendant l'été. »

Seulement pendant la journée de vendredi, quatre personnes d'origine cubaine, qui vivent désormais dans la région, sont venues proposer leurs services au camping Club Havana Resort.

De son côté, l'entreprise Chocolat Lamontagne était à la recherche d'opérateurs et d'opératrices pour l'enrobage, le moulage, l'emballage et l'ensachage de ses produits. « En deux jours, on doit être rendus à environ 150 cv amassés! Juste samedi, on a atteint les objectifs fixés. On va rencontrer certains candidats dans les prochaines semaines, c'est certain », mentionnait Nicolas Legris, directeur des ressources humaines.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer