Le travail de Laurent et Alain Lemaire reconnu

Laurent et Alain Lemaire ont été intronisés au... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Laurent et Alain Lemaire ont été intronisés au temple de la renommée des bâtisseurs de Drummondville.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) La Chambre de commerce et d'industrie de Drummond (CCID) a intronisé les frères Alain et Laurent Lemaire au temple de la renommée des bâtisseurs de Drummondville, lundi soir, lors d'une cérémonie simple et humble, à l'image des deux cofondateurs de Cascades.

Les artisans de la cérémonie ont profité de cette rare occasion pour en dévoiler un peu plus sur ces hommes d'affaires émérites nés sur la rue Newton à Drummondville, mais qui ont, bien entendu, connu du succès un peu plus loin au Centre-du-Québec, à Kingsey Falls.

On a d'ailleurs appelé des amis intimes des deux personnages à témoigner de la face cachée des deux hommes d'affaires, des traits qui ne sont pas d'ordinaire révélés au grand public. On a entre autres appris que Laurent Lemaire n'entendait pas à rire lorsque venait le temps de négocier des conventions collectives et qu'Alain, que l'on a surnommé « les bras » vu son imposante musculature, était un grand amateur de vin et de bonne chère.

« Il aime manger et on dirait qu'il a tout le temps faim », a rigolé son ami Pierre Brouillette, dans une boutade qui n'a pas surpris le principal intéressé. M. Brouillette a continué en affirmant que son ami ne se limitait pas récupérer dans sa vie professionnelle. Il a aussi le souci du détail sur les terrains de golf, s'assurant de « récupérer » déchets, mottes et pierres ne se trouvant pas aux bons endroits.

La Chambre a également diffusé une capsule vidéo au sein de laquelle les proches des deux hommes ont pu leur exprimer leur admiration et leur amour.

Maîtres chez soi

C'est avec beaucoup de fierté et d'émotion que les frères Lemaire ont reçu cet honneur de la part de la communauté d'affaires de leur ville natale. Des distinctions, ils en ont reçu plus que leurs étagères ne peuvent en contenir, mais celle-ci semble avoir une saveur toute particulière.

« C'est une soirée assez importante pour nous, ça nous touche beaucoup. Dans le fond, on est des gens ordinaires qui ont vécu des choses extraordinaires. On en a eu beaucoup des prix, de toutes sortes, mais être reconnus dans notre région, c'est quelque chose qui nous rend très fiers », a indiqué Alain Lemaire.

Le plus jeune des frères Lemaire a rendu hommage à son tour aux gens qui les ont entouré et qui ont contribué à l'essor de Cascades au fil des ans. Des parents aux employés, en passant par Desjardins, qui leur a fait confiance lors de l'achat de la toute première usine.

« Ce n'est pas nécessairement grâce à nous, mais c'est grâce aux gens qui sont avec nous qui ont fait la différence. On a eu la chance d'être bien tombés avec des parents qui ont cru en nous et qui nous ont transmis de belles valeurs. Ça fait un peu mal qu'ils ne soient plus là pour voir ce qui a été accompli, ajoute-t-il. Cascades, nous ne l'avons pas bâti pour la famille ou les frères Lemaire, nous l'avons bâti pour Cascades, pour que l'entreprise subsiste après nous, pour ceux qui y contribuent encore aujourd'hui. »

Laurent et Alain Lemaire rejoignent ainsi leur frère aîné, Bernard, intronisé par la CCID il y a une vingtaine d'années. Le délai entre les nominations a fait sourire Alain. « Ça a pris 20 ans entre Bernard et nous, on doit l'avoir plus mérité », a-t-il ri.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer