La CCIMO se porte nettement mieux

Louise Côté, coprésidente de la CCIMO... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Louise Côté, coprésidente de la CCIMO

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) La Chambre de commerce et d'industrie Magog-Orford (CCIMO) a vraisemblablement fait des pas de géant au cours de la dernière année et demie. La situation financière de l'organisme s'est beaucoup améliorée pendant cette période, tellement en fait que ses dirigeants songent à l'embauche d'un nouveau directeur général au cours des mois à venir.

Coprésidente de la CCIMO, Louise Côté se montre très encouragée lorsqu'on lui demande comment se porte cet organisme né en 1961. Elle assure que la situation financière de la chambre est nettement meilleure qu'elle ne l'était à la fin de l'été 2015.

«On s'était donné un plan de relance de trois ans et, à peu près à mi-chemin de celui-ci, on a déjà effacé les trois quarts de la dette de 50 000 $ qu'on avait accumulée», révèle fièrement Mme Côté.

La coprésidente de la CCIMO est d'autant plus heureuse de l'évolution de la situation que les efforts de recrutement de l'organisme auraient aussi donné de bons résultats durant les derniers mois. «On sent un engouement parmi les entrepreneurs», confie-t-elle.

Les dirigeants de la CCIMO envisagent la possibilité d'embaucher une nouvelle ressource pour alléger leur tâche et développer de nouveaux projets. «On ne regardera pas cette question de façon détaillée avant quelques mois encore. Et on ne sait pas ce qu'on recherchera exactement. A-t-on besoin d'un temps plein? Serait-ce possible de partager une ressource avec une autre organisation. Il y a plusieurs scénarios à examiner», explique Mme Côté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer