Canards du Lac Brome en démarrage à Asbestos

L'amorce des opérations va bon train dans les... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

L'amorce des opérations va bon train dans les nouvelles installations de Canards du Lac Brome à Asbestos. Environ 100 employés sont à l'oeuvre. Les activités d'abattage s'amorcent présentement, tandis que les activités de découpe ont lieu depuis un mois.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

L'amorce des opérations va bon train dans les nouvelles installations de Canards du Lac Brome à Asbestos. Environ 100 employés sont à l'oeuvre.

Les activités d'abattage s'amorcent présentement, tandis que les activités de découpe ont lieu depuis un mois.

Avec son usine des plus modernes, l'entreprise Canards du Lac Brome se hisse au sommet des producteurs mondiaux de viande de canards en termes de qualité.

Les anciennes installations de Viandes Laroche ont été converties avec de nouveaux équipements ultramodernes acquis en Europe, où la technologie est reconnue comme la plus avancée en ce domaine.

Le bâtiment principal a été agrandi et permettra dans les prochains mois l'ajout d'une cinquantaine de nouveaux emplois. L'entreprise compte dorénavant sur un système de refroidissement instantané de la production.

« Pour son approvisionnement, Canards du Lac Brome peut compter sur une trentaine de fermes d'élevage dont dix dans la région immédiate d'Asbestos. À Knowlton, un nouveau couvoir, avec une grande préoccupation du bien-être animal, permettra de passer de 2,2 millions de jeunes canards à six millions annuellement », explique le président du conseil d'administration de Canards du Lac Brome, Mario Côté.

Les projets tant à Asbestos qu'à Knowlton ont été devancés afin de pallier les pertes reliées à des incendies de bâtiments de l'entreprise survenus au cours de la dernière année.

L'usine d'Asbestos ne devait entrer en production qu'en mars. L'abattage a dû être effectué aux États-Unis au cours des derniers mois, aucun abattoir n'étant disponible au Québec. Tout est maintenant en place pour rapatrier les activités d'abattage, à peine quelques modalités demeurant sujettes à approbation de l'Agence canadienne de gestion de la qualité.

Bien que le marché du canard était pratiquement nul au Québec il y a une dizaine d'années, l'ascension a été fulgurante depuis. « Les Québécois ont développé leur goût pour cet aliment, mais ce sont particulièrement les communautés asiatiques qui sont les plus grands consommateurs avec 70 % des ventes au Québec. Notre marché est florissant principalement dans le domaine de l'exportation, en premier lieu au Japon et au Mexique, puis dans plusieurs autres petits pays. Il y a place à une nette et rapide amélioration de notre part de marché dans le monde », mentionne Mario Côté.

En France, le sud du pays fait actuellement face à une épidémie de grippe aviaire H5N8 qui conduit à des abattages massifs de canards. Elles concernent près d'un million de palmipèdes élevés à l'air libre. Cette stratégie dite « de dépeuplement » est censée endiguer l'expansion de l'épidémie en abattant préventivement les animaux d'élevage les plus exposés au passage des oiseaux sauvages qui transmettent le virus. Sans extrapoler sur les conséquences de cette contamination, Mario Côté reconnaît un probable impact sur le marché du canard en Europe. Les perspectives pour Canards du Lac Brome s'annoncent pour le moins très encourageantes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer