Victoriaville aura son écoquartier

Le maire de Victoriaville, André Bellavance, entouré de... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Le maire de Victoriaville, André Bellavance, entouré de Louis Doyon de Maxima Construction et d'Alain Côté de Lemay Côté architectes.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

La Ville de Victoriaville en est finalement venue à une entente avec un promoteur relativement à son projet d'écoquartier sur le terrain autrefois occupé par Sel Warwick, à proximité du centre-ville.

La Municipalité a cédé pour 325 000 $ le terrain de 8547 mètres carrés situé sur la rue Boutet. Elle enregistre ainsi une perte de tout près de 300 000 $ par rapport au prix d'achat de 2013. Le maire André Bellavance refuse toutefois de percevoir cet exercice comme un manque à gagner.

« On n'est pas dans le trou. Ça a permis un investissement de 6,5 millions $ de Sel Warwick dans notre parc industriel. Ils auraient pu aller ailleurs et ils ont choisi de rester ici. Il faut aussi dire que l'actuel projet permettra la création de 60 lots, ce qui signifie de nouveaux payeurs de taxes », explique-t-il.

C'est Maxima Construction de Thetford Mines qui a procédé à l'acquisition de l'immense terrain résidentiel, l'entreprise envisage construire un total de cinq édifices variant de deux à quatre étages munis de stationnements sous-terrain, de toits végétaux et de jardins communautaires.

On aménagera également une piste cyclable afin de faciliter le lien entre la rue Gamache et l'école PieX située tout près. Le coût total du projet est évalué à 12 millions $.

Une consultation publique

Bien qu'on ait une bonne idée de ce à quoi ressemblera le projet final, qui devrait se décliner en quatre ou cinq phases, le promoteur tiendra, le 30 janvier, une consultation publique à l'intention du voisinage et des clients potentiels de l'écoquartier. L'objectif sera de cibler encore un peu mieux les attentes des gens.

« Nous n'arrivons pas avec un projet complètement prêt. On veut avoir le pouls de la population pour le rendre encore plus intéressant. On veut que les gens sentent que c'est une réussite, explique le porte-parole de Maxima, Louis Doyon. On sait déjà que le côté écologique fait vibrer les gens de la région, peut-être plus qu'ailleurs. C'est un projet qui est précurseur, nous en ferons d'autres ici et ailleurs. »

L'architecte attitré au projet, Alain Lemay de Lemay Côté architectes, affirme que les bâtiments seront munis des plus récentes technologies en matière d'efficacité énergétique et de développement durable. Ils répondront aux plus hautes normes de Victoriaville développement durable, d'Aménagement extérieur durable ainsi qu'à celles de Novoclimat et AccèsLogis Québec.

« Ces logements consommeront moins d'eau et moins d'énergie tout en préservant la santé de ses occupants. Les performances énergétiques combinées à l'orientation des bâtiments permettront la réduction des demandes d'énergie. C'est sans omettre les stationnements souterrains et les toits végétalisés qui contribueront à la réduction des îlots de chaleur », dit-il.

En plus des 60 unités de logement, le projet prévoir l'aménagement de commerces de proximité, dont au moins un du secteur de l'alimentation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer