• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Le gouverneur du New Hampshire à la défense de Northern Pass 

Le gouverneur du New Hampshire à la défense de Northern Pass

Depuis 2008, au total, les abonnés ont payé... (Archives La Presse)

Agrandir

Depuis 2008, au total, les abonnés ont payé en trop 1,4 milliard $ pour de l'électricité jamais consommée, une information confirmée mercredi par la société d'État.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(Sherbrooke) Sitôt assermenté, le nouveau gouverneur du New Hampshire, Chris Sununu, s'est porté à la défense du projet d'interconnexion hydro-électrique Northern Pass afin que celui-ci se réalise le plus rapidement possible.

Celui qui est devenu jeudi, à 42 ans, le plus jeune gouverneur des États-Unis a consacré une partie de son discours d'assermentation à la nécessité d'élargir les sources d'approvisionnement en énergie du New Hampshire afin de réduire les tarifs offerts aux citoyens et aux entreprises.

Malgré l'opposition que continue de susciter le projet Northern Pass, le gouverneur républicain a appelé les législateurs à tenir compte de ses avantages, y compris sur le plan environnemental.

« Nous ne pouvons plus demeurer passifs, a-t-il déclaré. Nous devons trouver une façon de faire qui nous appartient. Est-ce qu'on doit envisager sérieusement le projet Northern Pass? Bien sûr! Comment pouvons-nous dire non à 1100 mégawatts d'énergie propre et renouvelable? Comment pouvons-nous dire non à ce projet alors que nous avons les tarifs d'énergie les plus élevés des États-Unis? » a demandé le gouverneur Sununu qui s'était déjà prononcé en faveur du projet en campagne électorale.

Le projet Northern Pass consiste en la construction d'une ligne hydro-électrique entre le poste des Cantons, situé à Val-Joli, près de Windsor, et la frontière du New Hampshire, à la hauteur d'East Hereford.

Le projet fait toujours l'objet de consultations publiques tant du côté québécois qu'américain.

Hydro Québec TransÉnergie a déposé le mois dernier une demande d'autorisation auprès de l'Office national de l'énergie en vue d'obtenir l'autorisation de construire et d'exploiter une ligne de transport à courant continu à 320 000 volts.

Les personnes ou organismes qui désirent déposer un mémoire relativement à cette demande ont jusqu'au 23 janvier pour se manifester.

L'un des mandats de l'ONE est d'évaluer les conséquences de la construction ou de l'exploitation de cette ligne sur l'environnement.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer