Malaise au C.A. de Sherbrooke Innopole

Une recommandation du Comité des ressources humaines, de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Une recommandation du Comité des ressources humaines, de nomination et de gouvernance de Sherbrooke Innopole a fait des vagues, lundi au conseil municipal.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Une recommandation du Comité des ressources humaines, de nomination et de gouvernance de Sherbrooke Innopole a fait des vagues, lundi au conseil municipal. Il suggère de vérifier la position du conseil quant à la présence d'élus municipaux au conseil d'administration de l'organisme paramunicipal.

La mission de Sherbrooke Innopole est d'assurer un développement économique innovateur, harmonieux et durable.

À l'heure actuelle, le maire Bernard Sévigny et la conseillère Annie Godbout siègent à ce conseil d'administration, celui qui compte le moins d'élus parmi les organismes paramunicipaux. L'idée de voir réduite ou abandonnée la représentation des élus a fait sursauter Hélène Dauphinais.

« Le C.A. de Sherbrooke Innopole remet en question la présence des élus sur son conseil et nous n'en connaissons pas les justifications. J'aurais souhaité qu'on referme cette porte rapidement pour éviter que l'idée se propage à d'autres organismes paramunicipaux. Nous leur confions l'argent des citoyens et nous sommes imputables des décisions qu'ils prennent. Moi j'apprécie que mes collègues siègent à ces organismes. J'espère que c'est une porte que nous refermerons très rapidement. »

Dans le procès-verbal du conseil d'administration de Sherbrooke Innopole du 27 septembre 2016, on présente les résultats d'un sondage réalisé auprès des membres du C.A. « Le principal problème soulevé concerne la composition du conseil », y lit-on.

« Le sondage d'autoévaluation sur le fonctionnement du conseil d'administration a révélé un malaise associé à la composition actuelle du C.A. Les échanges [...] se doivent d'être ouverts, confidentiels, dénués de parti pris et axés sur les intérêts à long terme de Sherbrooke Innopole », lit-on encore.

Le maire Bernard Sévigny confirme qu'une réflexion a été faite par le comité de gouvernance de Sherbrooke Innopole. « La recommandation sera acheminée au prochain comité qui se penchera sur la composition des comités et des organismes paramunicipaux. Je n'ai pas dit que je laissais la porte ouverte, mais que c'était une proposition déposée au comité de la gouvernance. »

Le président du comité exécutif, Serge Paquin, rappelle pour sa part que la composition des comités devra nécessairement être revue en raison de la diminution du nombre d'élus. « Ça fera partie des questions traitées et dont le nouveau conseil disposera à sa guise. Je ne veux pas présumer de ce qui se passera. Je n'ai pas vu la recommandation. »

Annie Godbout, qui siège à Sherbrooke Innopole, dit avoir respecté la demande de réflexion du comité. « Je me réserve le droit de présenter une position quand ce dossier sera déposé. »

« Ça fera partie de l'ensemble de la problématique de la gouvernance lors du prochain mandat. Il faudra revoir la délégation sur chacun des comités », rappelle M. Paquin.

« Pourquoi c'est cette paramunicipale qui prend le lead dans le dossier? », a interrogé Annie Godbout.

Vérification faite, il n'existe pas de comité de gouvernance à Destination Sherbrooke, où quatre élus siègent au C.A. Trois élus siègent à Commerce Sherbrooke.

Aucun élu ne figure au comité de la gouvernance de Sherbrooke Innopole.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer