Sherbrooke, un choix logique pour Soprema

C'est notamment pour sa proximité de grands réseaux... (Archives, La Tribune)

Agrandir

C'est notamment pour sa proximité de grands réseaux routiers québécois et la disponibilité d'une main-d'oeuvre qualifiée que Soprema a jeté son dévolu sur Sherbrooke lorsqu'est venu le temps de choisir un emplacement pour sa nouvelle usine.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) C'est notamment pour sa proximité de grands réseaux routiers québécois et la disponibilité d'une main-d'oeuvre qualifiée que Soprema a jeté son dévolu sur Sherbrooke lorsqu'est venu le temps de choisir un emplacement pour sa nouvelle usine.

Le vice-président et chef de la direction de... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

Le vice-président et chef de la direction de Soprema en Amérique du Nord, Richard Voyer

Photo fournie

« Ça demeure une belle vitrine sur le bord de la 55 et c'est un emplacement stratégique pour l'envoi de matériaux aux États-Unis, à Montréal et au Centre-du-Québec. De se trouver dans cet axe-là nous permet de diminuer nos frais de transport et, par le fait même, de réduire nos coûts en énergie », explique le vice-président et chef de la direction de Soprema en Amérique du Nord, Richard Voyer.

Le gestionnaire fait également état d'une disponibilité de main-d'oeuvre qualifiée, lui qui aura besoin d'administrateurs, d'ingénieurs et de techniciens hautement spécialisés. À cet effet, l'entreprise, qui compte déjà 350 travailleurs à Drummondville, ne considérait pas opportun de mettre toutes ses billes dans le même panier au sein d'une municipalité qui a tout de même ses limites en matière de ressources humaines.

« Sherbrooke est un endroit intéressant dans un contexte où elle ne compte pas beaucoup d'industries manufacturières et que c'est une municipalité qui offre une belle qualité de vie. Ça correspond très bien à ce que nous recherchions », ajoute-t-il.

De 30 à 50 emplois

C'est finalement près de 20 millions $ que Soprema a l'intention d'investir sur la rue Robert-Boyd au cours des 20 prochains mois. Selon M. Voyer on devrait y faire travailler entre 30 et 50 personnes, une fois à maturité.

Pour des raisons stratégiques, l'homme d'affaires a refusé d'annoncer la nature des activités de la nouvelle usine, mais a tout de même confirmé qu'il s'agira d'un créneau connexe aux activités des usines de Drummondville.

« On ne fera pas des bonbons, clame-t-il. On reste dans un domaine de la construction. Présentement, on donne dans l'étanchéité et dans l'isolation. Ce sera nécessairement relié. »

Richard Voyer a insisté sur le fait que l'entreprise, dont le siège social est situé à Strasbourg en France, a une nouvelle fois choisi le Québec pour construire sa nouvelle usine. Soprema aurait très bien pu s'installer en sol américain.

« On continue à investir ici, c'est important pour nous. On est aussi très heureux de jouir d'une telle confiance de notre président, Étienne Bindschedler », conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer