ODACE : savoir se relever après une épreuve

L'Organisme de développement d'affaires commerciales et économiques (ODACE),... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

L'Organisme de développement d'affaires commerciales et économiques (ODACE), présidée par Stéphanie Jutras, compte aujourd'hui environ 300 membres.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) « Au cours des trois dernières années, je suis passé de propriétaire d'une boucherie à copropriétaire de 18 points de vente. On a dû composer ensuite avec des fermetures de succursales causées par la faillite de plusieurs partenaires. On a vécu des difficultés financières dues à ses fermetures et à une croissance trop rapide, mais on a su éviter la faillite et renouer avec la rentabilité », a expliqué Patrick Pinard de la Boucherie Clément Jacques.

M. Pinard est un des quatre dirigeants d'entreprise qui a témoigné de son expérience, mardi, lors de la soirée Reconnaissance Desjardins, qui se déroulait sous le thème « Se relever ». Organisée par ODACE, anciennement la Chambre de commerce de Fleurimont, la soirée se tenait au Théâtre Granada où environ 120 invités étaient réunis.

Les dirigeants de BES Musique, d'Alice POS et d'Écolo Boutique sont les autres membres d'ODACE qui ont partagé, mardi, les moyens qu'ils avaient mis en place afin de se relever après des embûches.

L'ancienne mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy Laroche était aussi présente. « S'il y a une personne qui peut nous parler de comment on se relève après une épreuve, c'est bien Mme Roy Laroche. Elle nous a répété à plusieurs reprises après le drame ferroviaire du 6 juillet 2013 qu'il n'y a pas de recette. On doit puiser dans nos expériences et se réinventer », a expliqué la présidente d'ODACE, Stéphanie Jutras.

Savoir se relever est une notion qui n'est pas étrangère à ODACE. « Les derniers mois nous ont permis de faire la transition de la défunte Chambre de commerce de Fleurimont vers ODACE. Cette étape est maintenant terminée et nous regardons vers l'avant. Soyons clairs : la mission n'a pas changé. L'organisme est là pour permettre aux gens d'affaires de se regrouper et de leur donner une voix », a noté Mme Jutras.

Rappelons que la Chambre de commerce de Fleurimont avait dépassé le cap des 500 membres en août 2013. Des conflits avec la Chambre de commerce de Sherbrooke et un litige avec la Fédération des chambres de commerce du Québec ont poussé l'organisation à se redéfinir.

En décembre 2015, on parlait de 350 membres et on parle aujourd'hui d'environ 300 membres, selon le vice-président d'ODACE, Patrick Pinard.

« Dans mon cas, je voulais m'impliquer auprès des gens d'affaires de l'est de la ville. Notre comité regarde ce qui se passe dans l'est de Sherbrooke et intervient pour représenter les gens d'affaires auprès des différents paliers de gouvernement », ajoute M. Pinard.

Lors de la soirée animée par Patrice Henrichon, ODACE a offert le titre de membre honorifique à vie à André-Daniel Drouin pour sa contribution, au fil des années, à l'organisation.

Les deux boucheries Clément Jacques s'allient

Patrick Pinard, Sébastien Jacques et Serge l'Heureux ont annoncé, mardi, la réunion des deux boucheries Clément Jacques à Sherbrooke.

Les deux boucheries opéraient indépendamment l'une de l'autre depuis 2006, année où Clément Jacques et Normand Pinard avaient commencé le processus qui allait permettre à leurs fils respectifs de prendre la relève des deux boucheries situées à Sherbrooke.

En 2013, Patrick Pinard, propriétaire à l'époque de la succursale située sur la rue King Est, fusionnait avec les Boucheries du jardin, qui opéraient déjà cinq succursales à Magog et dans la région métropolitaine de Montréal. Après avoir atteint un sommet de 18 points de vente, l'entreprise a vécu des difficultés financières liées à la faillite de certains partenaires et une croissance trop rapide. Une restructuration a permis à l'entreprise de renouer avec la rentabilité.

« Malgré la fusion, conserver le lien historique avec Sébastien Jacques et la boucherie située aux Terrasses Jacques-Cartier a toujours été important pour moi. Nous n'avons jamais cessé de travailler ensemble », affirme Patrick Pinard.

« Ce retour aux sources va permettre de faire rayonner le nom Boucherie Clément Jacques à travers tout le Québec puisque toutes les succursales du groupe porteront dorénavant le nom Boucherie Clément Jacques », ajoute M. Pinard.

En tout le groupe compte six succursales soit une à Trois-Rivières, une à Boucherville, une à Mascouche, une à Magog en plus des deux à Sherbrooke.

Une nouvelle marque de commerce portant le nom de Clément le gourmand sera aussi utilisée pour la vente de tous les produits de charcuterie et de mets cuisinés fabriqués à la succursale de la rue King Est.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer