John Parisella ambivalent face à l'élection de Trump

L'ancien délégué général du Québec à New York,... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

L'ancien délégué général du Québec à New York, John Parisella, croit que Donald Trump peut faire un bon président.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) L'ancien délégué général du Québec à New York, John Parisella, est ambivalent relativement à l'élection surprise de Donald Trump à la présidence américaine. Malgré son attitude en campagne électorale, il n'écarte pas la possibilité qu'il devienne un excellent président.

« Il faut se souvenir de (Ronald) Reagan. Il était perçu comme un cowboy à l'époque, on en avait peur. Il est finalement devenu un des bons présidents de l'histoire du pays. Il n'a pas hésité à faire des compromis avec les démocrates et a été réélu dans 49 états pour son deuxième mandat. S'il s'inspire de Reagan, Trump pourrait nous surprendre », a-t-il maintenu lors d'une conférence devant les gens d'affaires de la Chambre de commerce et d'industrie de Drummond.

L'ancien directeur général du PLQ estime qu'on saura rapidement de quel bois le milliardaire se chauffe. L'identité des politiciens qui formeront sa garde rapprochée en dira long sur ses intentions. Il souhaite qu'il s'associe à des républicains plus modérés comme Newt Gingrich, Kellyanne Conway, Rudolph Giuliani et Paul Ryan.

« S'il choisit plutôt des personnalités comme Sarah Palin et Steve Bannon de la droite alternative qui déteste l'establishment républicain, là on a des raisons des s'inquiéter, mais je doute qu'il fasse ça», a-t-il ajouté.

Favorable au libre-échange

M. Parisella n'est pas trop inquiet de voir s'écrouler l'économique nord-américaine ou d'assister à la fermeture des frontières entre le Canada et les États-Unis. En fait, il considère que la position de Donald Trump est moins négative pour le traité de libre-échange que celle que défendait Hilary Clinton.

« Trump a beau dire ce qu'il veut sur l'ALÉNA, il a été initié par Reagan et rédigé sous Bush père. Il y a davantage de républicains qui sont favorables au traité de libre-échange que de démocrates, qui ont des alliés syndicaux. Lorsqu'il s'exprimait, il visait davantage le Mexique. Plusieurs entreprises américaines ont choisi de déménager au Mexique vu le bas coût de la main-d'oeuvre. Le Canada est le plus grand partenaire commercial des États-Unis et ça ne changera pas du jour au lendemain », a-t-il rassuré.

L'ancien délégué général estime que les Américains ont possiblement la démocratie la plus stable au monde et précise que Trump devra négocier avec les démocrates, mais aussi s'entendre avec les autres républicains avant de mettre de l'avant des plans farfelus.

« Obama n'a pas pu tout faire ce qu'il voulait, il a dû amender ses projets et ce sera la même chose pour Trump. Il y a des républicains qui n'aiment pas Trump et qui ne lui doivent rien. Il y aura un contrepoids », a-t-il ajouté.

John Parisella est formel, ce sont les états de la Pennsylvanie, du Michigan et du Wisconsin qui ont empêché Hilary Clinton de devenir la première présidente des États-Unis. Ces états démocrates depuis 1992 ont changé leur fusil d'épaule au dernier instant.

Le spécialiste met la faute sur la grogne des classes ouvrières et moyennes qui ont voté en grand nombre, ainsi que sur les jeunes et les femmes non scolarisées qui ont donné un appui moins grand à Clinton qu'à Obama.

« En tant que père de deux filles, je suis déçu. Les femmes sont celles qui sont le plus victimes de violence à travers le monde et je crois que Clinton aurait été en mesure de faire avancer les choses. C'était l'une des candidates possédant le plus de bagages pour devenir présidente. C'est dommage, car il n'y a pas beaucoup de relève aux États-Unis. Je risque de ne pas revoir ça de mon vivant », a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer