Des projets d'expansion chez Soprema

Soprema a initié deux nouveaux chantiers majeurs à... (Collaboration spéciale, Éric Beaupré)

Agrandir

Soprema a initié deux nouveaux chantiers majeurs à Drummondville.

Collaboration spéciale, Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) Moins d'un an après le lancement des activités de sa nouvelle usine de polysocyanurate au coin des autoroutes 20 et 55, à Drummondville, Soprema est déjà à réaliser un agrandissement.

« Ça va beaucoup plus vite qu'on l'anticipait. On s'attendait à souffrir un peu au début, mais on a finalement été trop conservateur. On était attendu sur le marché et on a des machines de guerre à notre disposition pour aller chercher les contrats », commente le vice-président exécutif et chef de la direction de Soprema en Amérique du Nord, Richard Voyer.

On est donc à ajouter quelque 7000 m2 aux 24 300 m2 qui constituaient l'usine initiale. L'entreprise procédera également à l'achat de nouveaux équipements et à l'ajout d'un troisième quart de travail afin de subvenir à la demande. Cette annonce coïncidera avec la création d'une cinquantaine de nouveaux emplois.

Parallèlement à ces travaux, Soprema procédera à une modernisation et à l'agrandissement de son usine de la rue Haggerty. Les travaux sont évalués à environ 3 millions $. On donnera au site rénové le nom du président actuel de l'entreprise française, Étienne Bindschedler.

« On veut l'embellir. Notre usine a une trentaine d'années et ça paraît. On veut marquer le coup et lui donner un nouveau design. C'est la première usine de Soprema en Amérique du Nord et on est maintenant aussi gros qu'en Europe, ce n'est pas rien. On va la baptiser Étienne Bindschedler parce que si nous connaissons tant de succès, c'est 100 % grâce à sa vision », ajoute le gestionnaire.

De nouvelles usines

Richard Voyer et son équipe n'ont pas l'intention de s'arrêter là. Inspirés par les résultats de l'usine de polysocyanurate et forts de l'acquisition récente de Benolec, ils ont l'intention de construire de nouvelles usines et de mettre en marché de nouveaux produits d'isolation.

« Il y a d'autres usines qui s'en viennent. Nous avons toujours donné dans l'étanchéité, mais le créneau de l'isolation est très intéressant. La cellulose développée par Benolec nous ouvre de grandes opportunités, affirme-t-il. Si tu ne veux pas grossir en tant qu'entreprise, t'es mieux d'arrêter. Quand tu travailles avec les meilleurs, tu es condamné à obtenir des résultats extraordinaires, sinon tu tues l'âme de ton organisation et nous avons des employés extraordinaires pour y arriver. »

M. Voyer ne peut toutefois pas confirmer que les prochains projets de construction concerneront Drummondville. L'entreprise est déjà très présente dans le milieu, ce qui peut causer des soucis de recrutement de main-d'oeuvre. On ne veut pas mettre tous les oeufs dans le même panier, semble-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer